Pro D2 : Accusé de piller le Stade Montois, Christophe Laussucq répond aux critiques et « aux imposteurs » !

Après un début de saison canon, le Stade Montois reste sur une dynamique plus négative ces derniers temps, avec notamment de lourdes défaites face à Aurillac et Bourg-en-Bresse. Au classement, les jaune et noir ont donc chuté à la cinquième place provisoire (Béziers ayant joué et gagné ce jeudi). Loin d’être dramatique, mais quand même…

« Des mauvaises passes, dans les saisons, il y en a toujours, explique Christophe Laussucq dans une interview pour le moins intéressante accordée à Sud Ouest. Il y a toujours des périodes délicates, et souvent à cette saison, vers décembre. Après des explications… Il y a beaucoup d’imposteurs qui en ont, des explications. » Ambiance…

« Le coupable idéal » de la situation

Il faut dire que le manager – dont le départ pour Agen à la fin de la saison est acté depuis de très nombreuses semaines – a le profil du « coupable idéal » et est très critiqué suite aux mauvais résultats des siens. A-t-il l’impression que son discours est moins écouté par son groupe ? « Je n’ai pas ce sentiment, pas du tout. J’échange avec les joueurs, il y en a avec qui je suis depuis six ans. (…) Je sais qu’ils seraient assez francs pour venir me parler s’ils avaient ce sentiment. Et je sais très clairement que la mauvaise passe actuelle ne vient pas de là. (…) Je sais que beaucoup de gens me reprochent cette mauvaise passe. Je suis le coupable idéal de cette situation. Mais qu’ils me le prouvent, tous ces grands professeurs, ces imposteurs qui ont la vérité sur tout. » 

Certains joueurs ayant déjà prévu de le suivre dans le Lot-et-Garonne (Laurence Pearce et Walter Desmaison), Laussucq est également accusé de piller le Stade Montois. Il répond… « Déjà, je n’ai jamais dit qu’il n’y aurait pas de joueur de Mont-de-Marsan qui me suivrait. Il y a deux joueurs qui me suivent, mais il y en a six ou sept qui m’ont fait savoir, d’eux mêmes ou par leurs agents, qu’ils ne seraient pas contre l’idée de me suivre. (…) On m’accuse d’être un pilleur, un traître… J’ai entendu de tout. Mais je ne suis pas là pour être populaire, je ne l’ai jamais été. J’ai une relation de confiance avec les joueurs, c’est tout ce qui m’importe. Le reste, ce n’est pas mes oignons. Je suis assez hermétique à tout ça. »

S’il est loin de pratiquer la langue de bois ou de s’échapper, l’ancien demi de mêlée assure évidemment qu’il va tout faire pour que le club « finisse bien la saison ». Cela passe déjà par un succès ce vendredi soir devant Carcassonne…

 

Crédit photo : Icon Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *