6 Nations : Le terrible constat de Pierre Berbizier, « Le XV de France n’existe pas, n’existe plus »

Être déçu même quand on n’en attend pas grand-chose, tel est le quotidien d’un supporter du XV de France… Car si on ne misait pas forcément sur un succès tricolore à l’Aviva Stadium, on ne s’attendait pas non plus à voir les Bleus ultra dominés (5 petites secondes passées dans les 22m adverses) en première mi-temps. Pour Pierre Berbizier, le constat est terrible…

« Si je regarde la première période de dimanche dernier à Dublin, le quinze de France n’existe pas, n’existe plus, explique-t-il dans une interview accordée à L’Equipe. C’est la première fois que je vois une équipe de France dans une telle souffrance. Il n’y avait pas de match. C’est terrible d’arriver à ce degré d’absence. »

Le XV de France ne sait pas où il va

Si l’ancien entraîneur du Racing 92 ou plus récemment de l’Aviron Bayonnais peut paraître sévère dans son jugement, il n’a certainement pas tout à fait tort. « Je n’ai pas tous les éléments à ma disposition, mais je n’ai pas vu de stratégie de jeu à Dublin. D’ailleurs, on ne peut pas appeler ça une équipe. On peut actionner la fierté, la psychologie mais il faut d’abord des principes de jeu, et aussi de la continuité, de la stabilité, y compris dans le management des hommes. On voit bien que les fondamentaux ont été abandonnés depuis quelque temps. »

Malgré une incapacité chronique – et ce depuis des années maintenant – à rivaliser avec les meilleures nations mondiales, les différents joueurs et entraîneurs du XV de France ont toujours préféré se montrer optimistes (« oui on a rivalisé pendant 20/30/40 minutes »). Ce qui n’a évidemment pas aidé à arranger la situation. « On a trop longtemps fait un déni de réalité. “Cette équipe peut rivaliser avec n’importe qui ! On est heureux d’avoir marqué deux essais ! “Mais c’est surréaliste d’entendre ça, affirme Berbizier. Quel déni ! C’est pour cela qu’il est difficile de changer quelque chose. C’est pour cela qu’on coule, lentement mais sûrement. »

Résultat des courses, on en vient maintenant à craindre ce déplacement en Italie, lieu de conclusion de ce terrible Tournoi des 6 Nations 2019. C’est dire… Pierre Berbizier toujours. « Dans tous les cas, on n’a pas de marge. Vu l’état actuel des choses, c’est un adversaire à prendre au sérieux. Il faudrait beaucoup de réussite aux Italiens pour nous mettre en difficulté, mais compte tenu de notre manque de confiance, l’Italie peut nous faire entrer dans un scénario difficile. » Mais ne vous inquiétez pas, même en cas de défaite, Jacques Brunel trouvera un moyen de positiver afin de sauver les apparences…

 

Crédit photo : Icon Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *