Top 14 : Malgré les éléments, le Stade toulousain s’adjuge le derby… Pourquoi c’est une vraie performance !

Au bout du suspense, le Stade toulousain est allé s’imposer sur la pelouse du Castres Olympique ce samedi après-midi (21-20). Et si les rouge et noir – qui n’ont inscrit aucun essai et en ont encaissé trois – doivent en partie leur succès à la maladresse des buteurs tarnais, s’imposer à Pierre-Fabre est vraiment une formidable performance. Voici pourquoi…

 

De par le contexte

Se rendre chez le voisin castrais moins d’une semaine après leur demi-finale européenne n’avait rien d’un cadeau pour les rouge et noir. Bien au contraire… D’autant plus que, toujours dans sa volonté de faire tourner son effectif, le staff toulousain avait laissé plusieurs joueurs au repos pour ce match. On pense ici à Cheslin Kolbe, Richie Gray, Sofiane Guitoune ou encore Maxime Médard notamment. Ce qui n’empêchait pas le Stade de présenter une belle équipe, mais quand même.

Enfin, comment ne pas évoquer la (double) série castraise au moment de parler du contexte. Les hommes de Christophe Urios présentaient avant ce match un bilan de 8 victoires lors de leurs 9 derniers matchs, et restaient également sur 5 succès à la suite face aux Toulousains. Mais ça, c’était avant.

Malgré les cartons…

Au plus fort de la domination tarnaise dans le premier acte, le Stade toulousain avait la mauvaise idée de se montrer particulièrement indiscipliné, avec deux cartons jaunes, reçus quasiment coup sur coup, à l’encontre de Pita Ahki (36e) et de François Cros (37e). Si les Castrais en profitaient quelques instants plus tard pour obtenir un essai de pénalité – et mener 7-6 à la pause -, les Toulousains ont eu le mérite de ne pas s’écrouler durant leur période à 13 contre 15. Avant même de relever la tête à la fin de ces périodes d’infériorité numérique !

Thomas Ramos, auteur de tous les points de son équipe ce samedi, passait trois pénalités lors des 20 premières minutes du second acte, et les Toulousains creusaient un petit trou (59e, 15-7). Qui allait vite être comblé, certes, par les champions de France en titre…

… et les blessés ! 

Comme le CO, Toulouse avait choisi de placer 6 avants et 2 arrières sur le banc des remplaçants au coup d’envoi. Sauf que, tout comme les locaux par ailleurs, les visiteurs avaient le malheur de perdre Lucas Tauzin très tôt dans la rencontre (36e), obligeant Yoann Huget à anticiper son entrée. À la fin du match, Tauzin avait d’ailleurs le bras en écharpe…

Sauf que les malheurs ne s’arrêtaient pas là pour les rouge et noir. Sur l’action du troisième essai tarnais, Romain Ntamack sortait complètement sonné après une charge de son ancien coéquipier Yann David. C’est alors… un troisième ligne, Louis-Benoit Madaule, qui le remplaçait, entraînant une réorganisation derrière. Deuxième coup dur pour le Stade.

Comme le dit le dicton, jamais deux sans trois… Madaule, entré en jeu depuis quelques minutes seulement, se blessait à son tour lors d’une percussion ballon en mains. Visiblement très sérieusement touché au tibia, l’ancien de l’UBB sortait alors sur civière. Peut-être la blessure la plus sérieuse du jour… Quoi qu’il en soit, alors qu’ils étaient menés à cet instant de la partie, les hommes d’Ugo Mola ont su trouver les ressources nécessaires pour s’imposer. Grâce à un dernier coup de pied de Thomas Ramos à la 77e…

 

Crédit photo : Icon Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *