Pro D2 – Bayonne : Le Top 14 ? « Ce serait une problématique supplémentaire mais on s’adaptera », annonce Yannick Bru !

Ils l’ont fait ! En déplacement sur la pelouse d’Oyonnax, les joueurs de l’Aviron Bayonnais ont remporté la victoire (38-34) et se sont qualifiés pour la finale de Pro D2 à Pau. Une performance d’autant plus folle que les ciel et blanc accusaient 18 points de retard au moment de regagner les vestiaires à la mi-temps (9-27).

« On a fait vingt premières minutes de grande qualité, où on a été fidèles à notre image et à notre ADN. Et puis on a commencé à se recroqueviller, expliquait Yannick Bru à l’issue du match au micro de Canal+ Sport. On a senti que, psychologiquement, Oyonnax reprenait le dessus. Sauf que ce n’était pas tellement dû à la qualité d’Oyonnax, mais plutôt à nos erreurs. C’est ce que j’ai dit aux joueurs à la mi-temps, qu’il fallait jouer franchement, fièrement, sans pression. On avait rien à perdre. J’ai dit aux joueurs de se faire plaisir, sans arrière-pensée. Et puis, des fois, dans le sport, il arrive que le truc vous échappe, et il s’est passé ça. »

L’Aviron Bayonnais ne fait que commencer

Alors que le président Tayeb déclarait il y a quelques mois en arrière que le club n’était pas prêt pour ça, l’Aviron a aujourd’hui une réelle chance d’évoluer en Top 14 la saison prochaine (il lui reste encore deux matchs au maximum pour tenter d’accrocher la montée). Qu’en pense Bru ?

« On ira où le destin, le travail et le talent de ce groupe nous portent, parce que l’on a aucune garantie de faire mieux la saison prochaine, même si on se renforce. Par contre, c’est vrai que l’on est dans une première année de construction, il y a beaucoup de choses à faire. On est vraiment sur une première étape. Je ne sais pas où le destin nous portera, mais ce serait une problématique supplémentaire si on se retrouvait à l’étage supérieur. Mais bon, on se met souvent au niveau des compétitions que l’on dispute, donc on s’adaptera. On a vu avec Perpignan cette année que la marche est quand même très haute, parfois trop haute. » 

 

 

Crédit photo : Icon Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *