Top 14 : Pour Guy Novès, le Stade toulousain actuel est peut-être encore meilleur que le sien à l’époque !

Samedi au stade de France, le Stade toulousain va disputer sa première finale de Top 14 depuis 2012. La première, également, depuis que Guy Novès – 10 Brennus et 4 coupes d’Europe au compteur – a quitté le club. Un Guy Novès qui sera à Paris samedi soir, et qui est très heureux du retour au premier plan des rouge et noir.

La soif de résultats de ce Stade toulousain

« L’émotion est surtout liée au fait que le club mérite d’être en finale, explique-t-il ce mercredi dans les colonnes de L’Équipe. La logique est respectée. Jusqu’ici, il a dominé la saison en cours. J’ai aussi de l’émotion par rapport au jeu qui a été mis en place ces derniers mois. »

L’ancien sélectionneur du XV de France se demande même si l’actuel Stade toulousain n’est pas meilleur que le sien à l’époque. « En regardant certains matches cette saison, parfois, je me suis demandé si à mon époque, l’équipe avait atteint ce niveau-là. Quand le Stade est mené de je ne sais combien de points à Bordeaux (29 points) et est capable, en une mi-temps, de faire son retard et de gagner le match, honnêtement, je ne suis pas sûr que le Stade de l’époque aurait été capable de ça. Ce qui ne nous a pas empêchés d’être quatre fois champions d’Europe. » 

Guy Novès séduit et admiratif

Indéniablement, cette équipe a, du moins cette saison, un truc en plus. « Ce qu’elle a en plus, c’est qu’elle n’a jamais rien gagné. Elle a une soif de résultats très importante, affirme Novès. Les joueurs ont une envie folle de réussir, servis par un rugby ambitieux (…) J’ai vu des matches avec des passes aveugles, des soutiens permanents. Régis Sonnes disait que ce rugby, le Stade l’avait dans les gènes, c’est ce qu’on lui avait appris. C’est ce rugby qui a ramené les partenaires et les supporters cette année au Stade Toulousain et qui nous régale tous les week-ends en plus de nous faire gagner ! »

Du jeu, des résultats, des joueurs formés au club qui jouent un rôle essentiel, Guy Novès est « admiratif de ce qu’il voit ». « Je le répète, parfois, je me demande si on jouait à ce niveau. Peut-être que oui, mais je suis admiratif de ce que je vois. Avec des joueurs qui sont en train de naître, des joueurs expérimentés et un recrutement ciblé et accompagné d’un excellent staff, le rugby que je vois tous les week-ends me séduit. »

Crédit photo : Icon Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *