Top 14 : Quand Didier Lacroix se souvient des réserves à propos du recrutement de Jerome Kaino…

Comme Byron Kelleher et Luke McAlister avant lui, le Néo-Zélandais Jerome Kaino a remporté le titre de champion de France dès sa première saison de Top 14 avec le Stade toulousain. Il a évidemment activement participé à la conquête du Bouclier, puisqu’il était encore capitaine samedi soir dernier face à l’ASM, en l’absence du talonneur Julien Marchand.

Une exemplarité permanente

Aujourd’hui, plus personne ne doute de l’apport du troisième ligne sur le (jeune) groupe toulousain, bien au contraire. Didier Lacroix, lui, se souvient pourtant des réserves, des interrogations, qui avaient entouré la signature de l’ancien des Blues d’Auckland.

« Au moment du recrutement de Jérôme Kaino, certains avaient écrit que le Stade Toulousain était définitivement devenu un poids moyen du rugby, parce qu’il lorgnait désormais un marché de recrutement de deuxième zone, rappelle-t-il, des propos rapportés par L’Equipe. Eh bien moi, des deuxièmes zones comme Jérôme Kaino, j’en veux tous les jours ! Sauf qu’il n’y en a pas d’autres, que c’est un garçon qui a créé autour de lui une exemplarité permanente. Et que le poids moyen présumé a gagné un Championnat toutes catégories. »

Didier Lacroix ne s’est pas trompé

Il faut dire que le boss des rouge et noir a toujours été persuadé de l’immense plus-value que pourrait emmener Jerome Kaino. En septembre dernier, déjà, il expliquait pourquoi le Stade préférait recruter un joueur de son expérience plutôt que, par exemple, un Ardie Savea (24 ans à l’époque).

« Avec Jerome Kaino, par exemple, on a recruté plus qu’un joueur. On a pris quelqu’un qui a le vécu d’un rugby différent et dominant, d’une attitude de travail, d’une certaine sagesse. Pour l’avenir, sans doute valait-il mieux prendre le petit Savea (Ardie, frère de Julian), mais nous on avait plus besoin d’un Kaino, parce que notre vestiaire est jeune et qu’il a besoin d’expérience. » 

La suite, vous la connaissez, avec un Toulouse qui remporte son 20e titre de champion de France, avec en prime une demi-finale de Champions Cup sur la pelouse du Leinster.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Le capitaine et le Bouclier #Champions2019

Une publication partagée par Stade Toulousain Rugby (@stadetoulousainrugby) le

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *