Basket / JO : Tony Parker, Florent Pietrus, Mickaël Gelabale… Bravo et Merci !

Ces trois là auraient mérité une meilleure sortie… Pour leur dernière apparition sous le maillot bleu, Florent Pietrus, Mickaël Gelabale et Tony Parker ont lourdement chuté – comme l’ensemble de l’équipe de France – face à l’Espagne en quart de finale du tournoi olympique à Rio.

Mais cette défaite – aussi cuisante soit-elle – ne doit surtout pas faire oublier la magnifique carrière de ces trois éléments sous le maillot bleu. Été après été, malgré une saison NBA longue et éprouvante pour TP notamment, ils n’ont jamais hésité une seule seconde à l’idée de rejoindre l’équipe de France et à sacrifier leurs vacances pour l’amener vers les sommets européens et mondiaux. « Je suis très très fier de cette génération (française), de tout ce qu’on a accompli, expliquait parfaitement Parker au micro de France Télévisions à l’issue de la rencontre. Malheureusement, on perd ce soir, mais on a quand même eu de très bons souvenirs avec elle. Pour le moment, on va digérer, on va prendre du recul et réaliser tout ce qu’on a fait avec cette équipe. » Clin d’oeil de l’histoire, c’est face aux Espagnols, leurs meilleurs ennemis, que le trio a disputé son ultime match ensemble… « Il faut donner du crédit à l’Espagne, poursuivait le meneur des Spurs. Ils ont très bien joué sur ce match. Ils ont mis tous leurs tirs. Mirotic était chaud. C’est comme ça. » Les larmes aux yeux, le quadruple champion NBA se refusait à tirer un bilan à chaud. « Ce que je retiens de mes seize années en équipe de France ? On verra ça plus tard. » Aussi insaisissable en interview que sur un terrain.

« On peut partir la tête haute »

S’ils ont parfois connu des moments difficiles, Tony Parker, Mickaël Gelabale et Florent Pietrus (accompagnés par Boris Diaw ou encore Nicolas Batum notamment), ont écrit les plus belles heures du basket français : médaille d’or au championnat d’Europe en 2013, médaille d’argent au championnat d’Europe en 2011, médaille de bronze l’année dernière en France et en 2005 en Serbie, mais aussi en 2014 au championnat du monde en Espagne (sans Tony Parker cette fois). L’amour du maillot, terme trop souvent galvaudé dans le sport moderne, prend ici tout son sens. « Même si il y a une défaite aujourd’hui, on peut être satisfait. On a écrit une belle page de l’histoire du basket français. On peut partir la tête haute, le basket français se porte bien. La nouvelle génération va prendre le relais« , résumait Florent Pietrus au micro de Canal+. En effet, il y a (largement) de quoi être fiers messieurs.

À eux trois, Parker, Pietrus et Gelabale totalisent 567 sélections et 5073 points inscrits. Tout simplement phénoménal. Et si la France a certainement encore de beaux jours devant elle – avec Evan Fournier, Joffrey Lauvergne, Rudy Gobert, Nicolas Batum et Thomas Heurtel notamment pour prendre le relais – il sera difficile de remplacer ces trois (immenses) joueurs. Et pour être totalement honnête, à l’heure actuelle, personne n’a vraiment envie de les remplacer… Le moment est donc venu de leur dire un grand merci et de leur tirer un (dernier) coup de chapeau. Sans eux, l’équipe de France n’en serait peut-être pas là aujourd’hui. Respect.

q-LeA-PtSUiJqZsvfigbbA

4031379933073

 

 

Crédit photos : FIBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *