Bilan : EURO 2016, l’équipe type du premier tour

Dans ce lundi dédié au bilan de cet EURO 2016, voici l’équipe type du premier tour de cette compétition. Une formation résolument offensive au sein de laquelle on retrouve notamment trois croates, trois allemands, deux italiens, un français, un gallois et un espagnol.

 

Le ‘onze type’ du 1er tour en 3-4-3 : Manuel Neuer – Leonardo Bonucci, Mats Hummels, Vedran Corluka – Ivan Perisic, Toni Kroos, Luka Modric, Emanuele Giaccherini – Gareth Bale, Alvaro Morata, Dimitri Payet.

 

 

Expérience, solidité et technique en défense

 

Manuel Neuer

La concurrence était rude à ce poste de gardien de but, pour lequel Gianluigi Buffon, David De Gea ou encore Thibaut Courtois faisaient également partie de la short-liste. Rarement sollicité, efficace à chacune de ses interventions et n’ayant encaissé aucun but lors de ce premier tour, Manuel Neuer est logiquement titulaire.

 

Leonardo Bonucci

Enorme face à la Belgique, déterminant devant la Suède – malgré un abattement moins important – Leonardo Bonucci a tout simplement été le meilleur défenseur central de ce premier tour… voire peut-être même de l’ensemble de cet EURO 2016.

 

Mats Hummels

Absent au début de la compétition, Mats Hummels a remis les pendules à l’heure dés sa première apparition sur les terrains. Si l’Allemagne n’était pas véritablement inquiétée en son absence, sa présence a toutefois permis à la Mannschaft de retrouver sa fameuse première relance… tellement déterminante pour laisser l’adversaire sous pression et conserver ainsi la maitrise sur la rencontre.

 

Vedran Corluka

Pour compléter la relance de l’Allemand et le sens de l’anticipation de l’Italien, on retrouve le déménageur Croate. Lui aussi très efficace dans les duels, Vedran Corluka a lui aussi été impérial lors de ce premier tour. Au sein de la défense croate, il a souvent servi de dernier rempart grâce à sa rudesse aux corps à corps. Loin d’être un simple homme de combat, il a su mettre son agressivité positive en parfaite corrélation avec sa discipline tactique.

 

 

Maitrise axiale et polyvalence dans les couloirs au milieu

 

Ivan Perisic

Dans ce milieu à quatre, on retrouve fort logiquement Ivan Perisic au poste de milieu droit. Aussi bien à l’aise à gauche qu’à droite, capable de défendre très bas, de partir très rapidement en contre-attaque, de jouer dans un système de possession ou de transition ou encore de faire des différences énormes grâce à sa vitesse, il a tout simplement été un des éléments de base du jeu croate dans les couloirs.

 

Toni Kroos

Ses premières touches de balle dans cet EURO 2016 auront suffi à comprendre qu’il était le véritable moteur de la machine allemande. Jeu court, jeu long, dans les espaces, dans les pieds, en renversement… Toni Kroos reste tout simplement comme le meilleur joueur dans l’entre-jeu lors de cette compétition.

 

Luka Modric

Hasard ou coïncidence, on retrouve son partenaire de club à ses côtés ! Trois mi-temps se seront avérées suffisantes pour comprendre l’impact qu’avait Luka Modric dans le jeu de la Croatie, qui restera comme l’équipe la plus séduisante de ce premier tour de l’EURO 2016… pour ne pas dire de l’ensemble de la compétition.

 

Emanuele Giaccherini

Au regard de sa prestation dans le milieu à cinq de la Squadra Azzurra tout au long de cet EURO 2016, il est difficile d’imaginer que ce joueur évolue en principe au poste d’attaquant. Capable de se sacrifier au nom du collectif, Emanuele Giaccherini est l’homme par lequel le jeu de transition d’Antonio Conte s’est le mieux illustré. Très souvent amené à récupérer le ballon bas, ses accélérations et ses renversements de jeu pour son compagnon de l’aile opposée aura été l’arme fatale de l’Italie dans cette compétition.

 

 

Vitesse, percussion et justesse en attaque

 

Gareth Bale

Lorsqu’on s’appelle le pays de Galles et qu’on ne dispose pas d’une armada offensive impressionnante, mieux vaut être assuré que le peu d’atouts que l’on possède sont des valeurs sûres. Lors de ce premier tour, Gareth Bale a tout bonnement porté les espoirs de la sélection galloise sur ses épaules… avec une justesse impressionnante puisqu’il a marqué lors de chaque match de cette première phase, en se permettant au passage d’aligner deux coups-francs directs des trente-cinq mètres.

 

Alvaro Morata

Parce qu’il faut forcément trouver un certain équilibre dans cette équipe, trouver un tueur devant le but adverse était une nécessité absolue. Avec le travail de Gareth Bale et Dimitri Payet sur les ailes, Alvaro Morata tient le rôle de tueur des surfaces au sein de cette formation résolument offensive et dont le jeu est basé sur la possession… ce qui ne le changera pas de l’Espagne. Trois buts en deux matchs lors de ce premier tour, tous dans une position d’attaquant axial proche du but… Alvaro Morata est le tueur tant recherché.

 

Dimitri Payet

Avant de disparaitre au fil de cette compétition, Dimitri Payet a véritablement porté sur ses épaules les espoirs de toute une nation en la délivrant devant la Roumanie, d’une frappe sortie de nulle part, puis sur un contre face à l’Albanie. Lors de ce premier tour, le Français n’est d’ailleurs pas très loin d’être le meilleur joueur à vocation offensive du tournoi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *