Bleus / Justice : Benzema, ça commence à faire beaucoup…

Toujours irréprochable sur les terrains de football, avec ses fameux onze cartons jaunes en douze ans de carrière professionnelle, Karim Benzema est loin de l’être quand il s’agit d’extra-sportif. Encore que cela ne lui soit pas totalement imputable…

 

Une affaire de plus pour Benzema

 

‘L’affaire Zahia’ il y a six ans, ‘l’affaire Valbuena’ il y a six mois et maintenant l’affaire BH Event’s’… Karim Benzema commence à être un habitué des Palais de justice. Et encore, les autres infractions types « excès de vitesse » ou « intimidations » – malheureusement typiques chez de nombreux footballeurs – ne viendront pas noircir le tableau.

Disculpé dans la première affaire, il attend encore de l’être dans la deuxième – où il est toujours mis en examen. Concernant l’affaire ‘BH Event’s’, il est pour le moment un simple témoin. Un rôle loin d’être préjudiciable, ce qui n’est pas le cas de l’affaire en elle-même. Simple acquéreur d’un bien immobilier, il n’aurait a priori aucune raison d’être inquiété. Sauf que l’argent servant à financer ce bien aurait fait l’objet de rétro-commissions, dont une partie aurait servi à blanchir des revenus issus d’un important trafic de stupéfiants.

Pourquoi Karim Benzema devrait alors être inquiété ? Après tout, officiellement, il n’y est pour rien si de l’argent a été blanchi dans – ou sur – son dos. Il ne peut pas être responsable de l’agissement des uns et des autres. Sauf que cela commence à faire beaucoup… Ce n’est en effet pas la première fois que le joueur est mis dans de sales draps à cause de personnes malintentionnées dans son entourage.

 

Autant innocent que coupable

 

S’il pourrait être innocenté dans cette nouvelle affaire, Karim Benzema est pourtant coupable. Coupable de toujours prendre la défense de personnes souvent indéfendables au nom de « l’amitié » ou de « la fidélité ». Coupable de ne pas tirer un trait définitif avec ces amitiés de longues dates qui lui causent sans cesse du tort. A chaque fois, la ligne de défense est la même : ‘je ne connaissais pas leurs intentions’. A défaut de connaitre ces intentions, Karim Benzema connait pertinemment le profil de ses proches ‘qui lui veulent soit-disant du bien’… ou tout simplement ses biens.

Le rôle du ‘bon gars naïf qui rend service’ ne tiendra pas systématiquement pour l’attaquant madrilène. Celui-ci lui a déjà sérieusement écorné son image aux yeux du grand public. Mais plus qu’une banale image publique ou qu’une place en équipe de France, c’est une place derrière les barreaux qui pourrait l’attendre avec la répétition de ce genre d’affaires obscures. La fidélité c’est bien, mais la liberté c’est encore mieux. Et si le fait de ne plus rendre service à certaines personnes peu recommandables peut lui permettre de se rendre service, alors il n’y a pas lieu d’hésiter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *