Bleus : Kanté, Giroud, la défense… 3 questions qui fâchent

Une victoire nette et sans bavure, c’est en gros ce qu’il faut retenir de ce France – Ecosse de samedi soir. Quelques doutes subsistent néanmoins autour de l’Equipe de France. La défense des Bleus, le repositionnement de Ngolo Kanté ou les doutes autour d’Olivier Giroud sont au menu des 3 questions qui fâchent ce dimanche.

 

 

Doit-on être rassuré par la défense des Bleus ?

 

 

De quels éléments disposons-nous ce dimanche matin pour assurer que la défense est enfin au niveau ? Pour être franc, il n’y a aucune tendance lourde qui donne un gage de sécurité sur la défense de l’Equipe de France puisque l’Ecosse a été inexistante dans le jeu offensif.

Il faut néanmoins souligner la parfaite maitrise du bloc équipe de Didier Deschamps. Les dix joueurs de champs ont en effet été capables d’attaquer et de défendre ensemble. Chacun des joueurs français présents sur la pelouse a su dépasser sa fonction première. Les latéraux se sont projetés, les milieux ont su contenir et mettre la pression… tandis que les attaquants ont été en mesure de récupérer le ballon suffisamment haut sur le terrain pour ne pas avoir à remettre en question les doutes autour de la défense.

En d’autres termes, on peut être rassuré par la montée en puissance (physique) des Bleus – qui étaient un peu en dedans face au Cameroun – mais également par la notion retrouvée de ‘bloc équipe’. Concernant les problèmes de la charnière centrale, il faudra en revanche voir si cette dernière est suffisamment solide pour tenir lors des temps faibles devant une réelle opposition.

 

 

Ngolo Kanté a-t-il levé les doutes dans l’entre-jeu ?

 

 

On connaissait le ‘ni oui ni non’, pour Ngolo Kanté on aurait tendance à dire ‘et oui et non’. Si la performance du joueur n’est pas à remettre en cause, annoncer dés aujourd’hui que tous les doutes sont levés serait un peu trop rapide.

Sur le plan offensif, le débat n’a plus lieu d’exister. Comme face au Cameroun, Ngolo Kanté a parfaitement joué son rôle de rampe de lancement au milieu de terrain en étant capable d’alterner jeu court – jeu court lorsque cela le nécessitait. Il a également fait les bons choix lorsqu’il s’agissait de jouer en première intention, de temporiser ou de se projeter vers l’avant, assurant de fait le liant entre la défense et l’attaque.

Comme pour l’ensemble de l’équipe, les derniers doutes autour de Ngolo Kanté résident cependant dans sa capacité à faire tampon auprès de la charnière centrale dans les tâches défensives. Il faut être honnête, l’Ecosse n’a jamais été en mesure de mettre en évidence les failles défensives des Bleus.

Reste donc à savoir si c’est la France qui a fait déjouer les Ecossais… ou si ce sont ces derniers qui en étaient tout simplement incapables. Un mix des deux possibilités semble être un bon compromis. En attendant les réponses, Ngolo Kanté peut continuer d’engranger de la confiance dans son nouveau rôle.

 

 

Olivier Giroud aurait-il fait taire les critiques sans ses buts ?

 

 

Un doublé et on oublie tout… C’est en quelque sorte le sentiment qui prédomine ce dimanche matin chez les ‘Giroud-sceptiques’. Il n’y avait pourtant aucune raison valable de critiquer Olivier Giroud ces derniers mois en Equipe de France. D’ailleurs, à quel moment a-t-il été critiquable ? Il a fait ses matchs pendant la Coupe du Monde 2014, il a été au rendez-vous à chaque fois que les Bleus ont eu besoin de lui lors de ces deux dernières années – aussi bien en tant que remplaçant que titulaire – et il ne s’arrête plus de marquer en sélection depuis le début de l’année civile.

La vraie question est donc de savoir ce qui lui était véritablement reproché ! Les six derniers mois avec Arsenal ? A cette interrogation, il serait intéressant de rappeler qu’Olivier Giroud n’est pas un finisseur au sens strict du terme mais un attaquant de pointe capable d’aimanter le jeu autour de lui et de remiser auprès de ses partenaires. Sur ces six mois de disette chez les Gunners, tout n’était d’ailleurs pas à jeter lors de ses prestations… bien au contraire puisqu’il était tout de même présent dans le jeu, y compris dans la peau de remplaçant.

Dernier doute à lever, les six premiers mois d’Olivier Giroud avec les Londoniens laissaient-ils vraiment place aux doutes ? Olympiakos Le Pirée peut apporter un élément de réponse, eux qui se sont faits éliminer de la Ligue des Champions suite à un triplé du Français à l’automne.

En résumé, un attaquant ne doit pas être uniquement jugé sur ses statistiques mais également – et surtout – sur son apport dans le jeu. Ce n’est donc pas parce qu’Olivier Giroud ne marquera plus pendant trois matchs qu’il faudra être sceptique… à moins qu’il n’apporte plus de solution auprès de ses coéquipiers dans le même temps.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *