Bleus : Kimpembe, le PSG tord le cou à trois idées reçues !

Ils étaient nombreux les observateurs à critiquer le peu d’internationaux français présents au Paris Saint-Germain. L’arrivée de Presnel Kimpembe tord davantage le cou à ces critiques.

 

Presnel Kimpembe, et un qui font quatre

 

Quand QSI investit au Paris Saint-Germain en 2011, les critiques fusent en assurant que ce n’est pas avec des millions qu’on bâtit une équipe de football… Mai 2016, le PSG remporte son quatrième titre de rang et ces mêmes critiques assurent désormais que l’argent fausse la concurrence.

Quand le PSG n’achète pas assez en Ligue 1 entre 2012 et 2014, les critiques assurent qu’il y a de bons joueurs en Ligue 1 et que l’argent du Paris Saint-Germain doit en priorité circuler dans l’hexagone. Mercato estival 2016, l’Olympique Lyonnais, l’AS Saint-Etienne, l’AS Monaco, le FC Nantes ou encore l’Olympique de Marseille passent davantage de temps à recruter à l’étranger – y compris des joueurs français – que dans l’hexagone.

Automne 2015, de nombreuses critiques fusaient sur le manque d’internationaux français au Paris Saint-Germain. Elles assuraient d’ailleurs que le PSG ‘made in QSI’ était le principal motif des difficultés de l’Equipe de France… Octobre 2016, il y a quatre joueurs parmi les vingt-trois sélectionnés par Didier Deschamps (Presnel Kimpembe, Blaise Matuidi, Alphonse Areola, Layvin Kurzawa)… dont trois titulaires en puissance.

Et encore, Adrien Rabiot a été laissé aux Espoirs. Avec ces quatre joueurs, le PSG est le devenu le plus important pourvoyeur de joueurs pour l’Equipe de France. Sans le PSG, il ne sont d’ailleurs que deux à évoluer en Ligue 1.

Comme quoi, on a beau critiquer (bien trop souvent à tort d’ailleurs)… à la fin, c’est toujours le PSG qui finit par mettre à terre ses détracteurs. Unai Emery a donc de longs jours devant lui si on se fit à cette logique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *