C1 / PSG – City : Le 11 type idéal

A quelques heures du coup d’envoi du 1/4 de finale aller de la Ligue des Champions, entre le Paris Saint-Germain et Manchester City. Voici le 11 type idéal mixé parmi les forces en présence de part et d’autre. Certains absents, qui auraient pourtant eu leur place dans cette équipe, n’y figurent pas.

 

Une défense 100 % parisienne

 

La question n’a pas lieu d’être dans ce secteur de jeu. Dans les cages, Kevin Trapp et Joe Hart sont au coude à coude pour le poste de numéro un. Niveau boulettes, les deux gardiens sont à égalité. Il en est de même pour les grosses prestations en Ligue des Champions. Si l’Anglais a l’avantage d’être international, il n’a pas plus d’expérience que son homologue allemand à ce stade de la compétition. Le premier comme le second peut donc faire l’affaire. Par pur chauvinisme, Kevin Trapp sera numéro 1.

Devant lui, il n’y a pas débat. La défense brésilienne du PSG est largement supérieure à son homologue mancunienne. Sur les côtés, Marquinhos et Maxwell laissent Sagna, Clichy ou encore Kolarov à des années lumières. Dans l’axe, la paire Thiago Silva – David luiz prend largement le pas sur Eliaquim Mangala et Nicolas Otamendi.

Malgré les quelques bévues dont il a fait preuve par le passé, David Luiz a pour lui une constance retrouvée depuis le début de la saison mais aussi une expérience indéniable à ce niveau de la compétition. A noter que lors de sa prestation catastrophique face au FC Barcelone la saison passée, le Brésilien avait été contraint de jouer à moitié blessé en raison d’un retour prématuré à la compétition, suite de la sortie précoce de Thiago Silva… sur blessure.

 

Avantage Paris au milieu

 

Comme pour la défense, le milieu de terrain parisien est largement supérieur à celui de Manchester City… y compris sans Marco Verratti. Côté City, seul Yaya Touré aurait eu sa place dans ce secteur.

Pourtant loin de son meilleur niveau ces derniers mois, Blaise Matuidi semble avoir trouvé un second souffle ces dernières semaines. Concernant Thiago Motta, même à 50 % de ses capacités, son influence sur le jeu est indéniable.

La paire Fernando – Fernandinho n’ayant rien de stratosphérique, le trident Rabiot – Thiago Motta – Matuidi part logiquement comme titulaire dans ce onze type.

 

Avantage City en attaque

 

Les seuls bouleversements se portent donc sur l’attaque, où Angel Di Maria est indéboulonnable côté parisien. Pour son penchant sur le flanc opposé, le combat est serré entre David Silva et Lucas Moura. En dépit de ses indéniables progrès réalisés tout au long de l’hiver, le Brésilien reste un poil en-dessous de l’Espagnol.

Concernant le troisième attaquant, il n’y a aucune discussion possible. Malgré ses 30 buts en Ligue 1, même en étant à l’apogée de sa carrière d’un point de vue statistique, Zlatan Ibrahimovic ne fait pas le poids à côté de Sergio Agüero, capable de porter sur ses épaules les espoirs d’une équipe bancale. La preuve avec son triplé face au Bayern Munich la saison passée…. alors que son équipe était au pied du mur.

La percussion, la technique, le coup de rein, les accélérations, l’impact physique… l’ex-pensionnaire de l’Atletico Madrid a tout pour lui. Ses blessures récurrentes pourraient être son unique défaut, mais à 100 % de ses capacités, il ferait à coup sûr entrer le PSG dans une autre dimension en étant aligné à la pointe de son attaque.

A noter par ailleurs qu’en plaçant Angel Di Maria au milieu de terrain, l’attaque de ce onze idéal pourrait être 100 % mancunienne avec un trio David Silva – Aguëro – De Bruyne.

 

Le banc de touche

 

Concernant l’entraineur de cette équipe, le match est serré entre Manuel Pellegrini et Laurent Blanc. L’un comme l’autre ont connu une cruelle désillusion en 1/4 de finale de la Ligue des Champions. Le premier avec Malaga (2013), le second avec les Girondins de Bordeaux (2010) et le PSG (2014).

Le premier a l’avantage d’être passé par le Real Madrid et d’avoir été Champion d’Angleterre avec Manchester City… mais a toujours été contesté partout où il est passé malgré ses résultats. Le second en est à sa première véritable aventure dans un grand club européen. Au contraire du Chilien, il a été contesté avant d’être adoubé au fil des saisons.

L’un et l’autre doivent cependant guider leur club respectif dans une autre dimension sur la scène européenne… et n’ont pas encore prouvé qu’ils en avaient les épaules, malgré le sens tactique pour le premier et le management pour le second.

 

Le onze type : Trapp (ou Hart) – Maxwell, Thiago Silva, David Luis, Marquinhos – Di Maria (ou Rabiot), Thiago Motta, Matuidi – Davis Silva, Agüero, De Bruyne (ou Di Maria).

Coach : Laurent Blanc ou Manuel Pellegrini.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *