C1 : Real – City, les enseignements de la rencontre

Le Real Madrid recevait Manchester City ce mercredi soir en 1/2 finale retour de la Ligue des Champions. Après le match nul et vierge de l’aller, les Merengues devaient à tout prix s’imposer afin de se hisser en finale de la compétition. Les Skyblues avaient quant à eux l’obligation de marquer pour espérer se qualifier… à moins de conserver le 0-0 jusqu’aux tirs au but.

 

Manchester City absent des débats durant 45 minutes…

 

Comme mardi dernier, il n’y a pas énormément d’enseignements à tirer de cette partie. Invité à ce stade de la compétition, Manchester City s’est contenté de faire de la figuration. En premier lieu en raison de son effectif bien inférieur à celui du Real Madrid… mais surtout à cause des absences et des retours de blessure d’un nombre conséquent de cadres de l’équipe type.

Sur la pelouse de Bernabeu, les Citizens n’auront existé que par intermittence. Durant cinq minutes en début de match, le temps que les Madrilènes se mettent en ordre de marche, puis sur deux frappes lointaines par l’intermédiaire de Fernandinho (44e) – qui trouvera l’extérieur du poteau de Keylor Navas – et sur une frappe en première intention de Sergio Agüero en toute fin de rencontre.

Tout au long du restant de la partie, les hommes de Manuel Pellegrini auront eu le temps de souffrir. Une première fois dés la 9e minute de jeu, avec la sortie précoce de Vincent Kompany… revenu de blessure dix petits jours auparavant et désormais très incertain pour l’Euro.

Vient alors une petite demi-heure de souffrance devant les cages de Joe Hart. Une période durant laquelle Gareth Bale (20e), dans un angle impossible mais bien aidé par Fernando, réussira à tromper la vigilance du portier anglais sur un centre contré qui finira par lober miraculeusement ce dernier avant de terminer sa course dans la lucarne opposée. 1-0, le but peut sembler chanceux mais force est de constater que dans cette période de domination, le Real Madrid aurait pu ouvrir la marque à deux ou trois autres reprises.

 

Le Real Madrid laisse le jeu venir… et attend toujours City

 

Hormis cette tentative à venir de Fernandinho, rien à signaler sur le front de l’attaque pour les Mancuniens. Défensivement, ces derniers ne sont pas loin de mordre la poussière à l’entame du premier quart d’heure du second acte. Cristiano Ronaldo (46e, 55e et 59e) se crée trois occasions franches durant ce laps de temps… sans pour autant réussir à mettre les siens à l’abri. Derrière, Manchester City reprend (très) mollement la main territorialement en passant d’une récupération à hauteur de ses trente mètres à la ligne médiane.

A défaut d’avoir réussi à planter un deuxième but synonyme de qualification le Real Madrid décide finalement de laisser venir son adversaire. Malgré la possession du ballon et une domination territoriale, les Citizens sont incapables de se montrer dangereux mis à part sur de très rares situations… qui ne déboucheront sur aucune occasion france, si ce n’est cette fameuse frappe à l’arrêt de Sergio Agüero (88e) dés vingt-cinq mètres en toute fin de partie.

Comme on pouvait s’y attendre au moment du tirage au sort, Manchester City n’a donc jamais été en mesure d’inquiéter un Real Madrid minimaliste mais ô combien solide dans l’entejeu et réaliste dans les zones de vérité aux moments propices, en étant surtout impérial dans sa surface propre de réparation d’ailleurs. Sur l’ensemble de cette double confrontation, cette qualification madrilène ne souffre ainsi d’aucune contestation possible. Comme en 2014, c’est donc un derby madrilène – délocalisé – qui fera office de finale en Ligue des Champions.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *