Coupe de France : Voie royale jusqu’en demi-finale pour l’OM

Chose peu commune dans l’histoire des tirages au sort, l’Olympique de Marseille connait d’ores et déjà son potentiel adversaire pour les 1/4 de finale de la Coupe de France, avant même d’avoir disputé sa rencontre du tour précédent. Compte tenu l’affiche ‘proposée’ en cas de victoire ce jeudi soir sur Trélissac (21h00, Eurosport 2), les Phocéens ont pratiquement un pied en demi-finale. Encore que…

Un tirage ‘à la parisienne’ pour l’OM

Alors que les supporteurs de l’Olympique de Marseille ont souvent décrié les tirages au sort empiriquement favorable envers le Paris Saint-Germain concernant les coupes nationales, leur club fétiche semble avoir repris le flambeau cette saison. Contrairement au PSG, qui a déjà fait face au Toulouse Football Club et à l’Olympique Lyonnais dans cette compétition, l’OM a relativement été épargné.

Hormis le Stade Malherbe de Caen, pour leur entrée en lice, les hôtes du Stade Vélodrome ont eu la main assez chanceuse. Après avoir rencontré -à domicile- un Montpellier HSC en totale perdition le mois dernier, Marseille a ce coup-ci hérité du TFC… le Trélissac Football Club. Le tout en s’évitant une vieille embuscade dans un stade à l’abandon puisque le match est délocalisé du côté de Chaban-Delmas. Mieux encore, c’est à nouveau un ‘petit poucet’ de la compétition qu’affrontera l’OM au tour suivant, en cas de succès sur le grand Trélissac ce jeudi soir. Autant dire qu’un accès dans le dernier carré de la Coupe de France est pratiquement assuré.

Un historique peu favorable à l’OM

Les Olympiens devront toutefois faire preuve de méfiance. Historiquement, l’Olympique de Marseille a souvent trébuché en Coupe de France lorsqu’il abordait ces rencontres prétendues ‘faciles’. En 2007 / 2008, c’est en effet Carquefou qui avait créé la sensation en battant Marseille au stade des 1/8 de finale (1-0). En 2011 / 2012, Quevilly faisait l’exploit en s’imposant trois buts à deux après prolongations. Dernier exemple en date avec Grenoble la saison passée, qui s’était offert le scalpe des hommes de Marcelo Bielsa (3-3, 5-4 aux t.a.b).

Point commun entre ces trois défaites : l’Olympique de Marseille jouait à chaque fois le coup à fond sur un autre tableau. Outre une lutte acharnée pour décrocher une place sur le podium en 2008 et 2015, c’est la Ligue des Champions qui avait bouffé l’énergie de l’équipe de Didier Deschamps en 2012, année durant laquelle le club avait atteint les 1/4 de finale sur la scène européenne.

Une saison à sauver

A la ramasse en Ligue 1, où une (compromise) troisième place fait -a priori- office d’objectif pour la direction, et sorti prématurément en Coupe de la Ligue par le TFC… le vrai, le club n’a plus que la Coupe de France -et un éventuel parcours sensationnel en Europa League- pour sauver sa saison. Il serait cependant plus que dommageable de se priver d’une telle opportunité dans un contexte aussi morose sur la Canebière, surtout avec la clémence dont bénéficient les hommes de Michel Gonzalez dans cette compétition à l’occasion du tirage au sort.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *