#CDLR / Débat : Europe, l’ASSE se relèvera-t-elle à temps ?

Cette semaine, l’AS Saint-Etienne fait l’objet de notre débat dans le ‘Clash de la Rédac’ (#CDLR). Une nouvelle fois battue ce weekend, l’ASSE (désormais 8e de Ligue 1) parviendra-t-elle à se relever à temps pour se qualifier en coupe d’Europe au terme de la saison ?

 

La dynamique des concurrents condamnera l’ASSE

 

« Après la défaite face à Guingamp samedi dernier, Christophe Galtier ne pouvait que constater les dégâts et tirer un premier constat. « Nous prenons beaucoup de buts, nous n’en marquons pas, expliquait-il en conférence de presse. Ce n’est pas comme ça que nous décrocherons l’Europe. Nous n’avons aucune excuse ! Il faudra changer d’attitude si nous voulons être européen. Il faudra montrer autre chose. »

Toutes compétitions confondues, les Verts restent sur six matchs consécutifs sans la moindre victoire. Pire, il faut remonter à début février pour trouver trace du dernier succès stéphanois en Ligue 1. Inquiétant… D’autant que pendant ce temps là, Lyon s’est retrouvé et Nice a vu le retour de Ben Arfa booster ses résultats. Le Gym est d’ailleurs actuellement troisième grâce à sa victoire ce week-end sur la pelouse de Montpellier (2-0). Sur les 5 dernières rencontres de championnat, l’ASSE est la 18e équipe de Ligue 1, avec seulement trois points décrochés – contre 10 pour Lyon et Rennes et 8 pour Nice.

« Je vois le verre à moitié vide », déplorait Galtier il y a 10 jours après le nul contre Angers (0-0). Et l’humeur de l’entraîneur stéphanois n’a pas franchement dû s’arranger ces derniers temps… Censé révolutionner l’attaque des Verts, la recrue hivernale Alexander Söderlund n’a marqué que deux petits buts en Ligue 1 depuis son arrivée dans le Forez – dont un contre le rival lyonnais, certes. Mais cela fait désormais 6 matchs toutes compétitions confondues que Söderlund n’a plus trouvé le chemin des filets. À l’image du Norvégien, l’ASSE ne parvient plus à concrétiser ses occasions et semble retomber dans ses vieux travers. 21 tirs mais seulement 3 tentatives cadrées lors de ses deux dernières sorties en championnat.

Si, malgré cette mauvaise série, Saint-Étienne (8e, 42 points) n’a pas encore dit adieu à la course à l’Europe – comptant « seulement » 5 points de retard sur Nice, actuel troisième – les coéquipiers du capitaine Loïc Perrin vont devoir très vite se ressaisir dans les prochains jours et les prochaines semaines. »

 

Les Verts habitués de la dernière ligne droite

 

« On ne va pas se mentir : l’AS Saint-Etienne est complètement à la rue depuis son élimination en Europa League, face au FC Bâle fin février. Les Verts vont d’ailleurs de désillusions en désillusions. Preuve en est, ils sont aujourd’hui totalement largués de la course au podium… alors qu’ils étaient à égalité avec l’OGC Nice avant cette cruelle sortie de piste.

Il faut pourtant relativiser la situation actuelle du club. Même à la ramasse, en ne prenant qu’un point en trois matchs, l’ASSE reste en course pour l’Europa League. Durant ce laps de temps, ses principaux concurrents – qui sont désormais le Stade Malherbe de Caen et le FC Nantes – n’ont pris que quatre points. Le Stade Rennais en a quant à lui pris sept. Et à l’heure de faire les comptes, on s’aperçoit que les hommes de Christophe Galtier ne sont qu’à trois points de la cinquième place et seulement deux longueurs de la sixième. Deux places qui seront qualificatives pour le tour préliminaire de l’Europa League en cas de victoire du Paris Saint-Germain dans les deux coupes nationales.

Certes, les Stéphanois connaissent un sérieux passage à vide ces dernières semaines, mais les enterrer tout de suite serait une erreur. Premièrement, parce que hormis une rencontre face à l’OGC Nice pour le compte de la 37e Journée de Ligue 1, l’ASSE aura un calendrier beaucoup plus abordable que ses concurrents directs. Deuxièmement, parce que les Verts sont habitués à disputer ce type de sprint final depuis plusieurs années. La saison passée, ils avaient en effet pris 17 points sur 24 possibles lors des huit dernières journées de championnat. Il s’agissait du deuxième meilleur total derrière le Paris Saint-Germain sur cette période. En 2013 / 2014, une fin de saison en boulet de canon leur avaient aussi permis de décrocher la bagatelle de 18 points sur 24 possibles, terminant ce coup-ci premier sur cette même durée.

Après un début de saison de bonne facture, qui les avaient vu atteindre la deuxième place de la Ligue 1 fin septembre, et six premières semaines d’année civile de haute volée – durant lesquelles ils étaient passés du septième au quatrième rang – il n’est pas exclu de penser que Christophe Galtier et ses joueurs seront capables de mettre à nouveau la gomme lors de ces deux derniers mois de compétitions… afin d’arracher une place qualification pour l’Europa League à temps. »

 

Par Nicolas Breton et Eitel Mabouong

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *