#CDLR / Débat : OM, les joueurs ont-ils le niveau ?

Comme vous en avez désormais l’habitude, Tribune Sports vous livre un nouveau débat en ce début de semaine. Ce lundi, le sujet est le suivant : « Les joueurs à disposition de Michel Gonzalez ont-ils le niveau pour jouer à l’Olympique de Marseille ? »

 

Les joueurs ont le niveau pour l’OM… mais le contexte ne les aide pas

 

« Les résultats ne sont pas là », « L’Olympique de Marseille n’est pas à sa place », « Ce n’est pas digne de l’OM »… les coups de gueule sont compréhensibles à la vue du classement actuel de l’Olympique de Marseille. Fallait-il cependant s’attendre à autre chose avec un tel effectif ?

En soit, le groupe de l’OM n’est pas si mauvais qu’on veut bien le dire… mais cela dépend de l’objectif fixé. Inefficace pour viser l’Europe, il est en parfait adéquation pour le ventre mou. On pourrait de fait presque dire qu’il est dans la ligne directrice de la politique olympienne ces dernières saisons.

La situation est pourtant claire : Marseille ne peut plus prétendre rivaliser avec les autres candidats à la Ligue des Champions dans le championnat de France ces dernières saisons… et ne fait d’ailleurs rien pour y parvenir. Depuis sa deuxième place en 2013, Lyon a misé sur son centre de formation pour se relever. Monaco a misé (gros) sur les jeunes talents avec un coach capable de rafistoler le tout. L’AS Saint-Etienne a misé sur la stabilité avec Christophe Galtier et s’est renforcée en associant quelques trouvailles à des joueurs d’expérience.

Cela fait plusieurs saisons que l’OM assure chercher une place sur le podium, mais qu’a-t-il été fait en termes de recrutement ou de politique pour y parvenir ? Depuis quand ce club, dans l’incapacité de miser sur ses jeunes du centre de formation, n’est-il pas allé piocher un joueur clé chez un concurrent direct au podium afin de se renforcer ?

L’OM n’a rien fait, en termes de politique sportive, si ce n’est additionner les joueurs. Ces dernières saisons, Marseille vivait donc sur des braises et parvenait à réaliser quelques miracles. Le dernier en date : Marcelo Bielsa. Mais cette saison, l’OM n’a plus cet entraineur capable – comme à Monaco – de tirer la quintessence de son groupe… et les éléments, ceux qui ne sont pas partis, sont redevenus les joueurs lambdas qu’ils étaient auparavant.

Romain Alessandrini, qui vit depuis deux ans sur un but face au PSG, n’a pas progressé. Il n’a pas pour autant régressé et serait parfait, avec ses qualités, dans un rôle de joker au sein d’un véritable effectif visant l’Europe. Il en est de même pour Florian Thauvin, qui a besoin de se libérer du poids pesant sur ses épaules, mais qui ne devrait être au mieux qu’un bon remplaçant…

Concernant les recrues, Rémy Cabella vit lui aussi sur ses beaux restes montpelliérains. Des restes qui pourraient suffire à faire la différence une fois de temps en temps dans une équipe ambitieuse, mais qui lui suffisent amplement à être titulaire dans cet OM à la dérive. Seul Lassana Diarra, qui a connu le très haut niveau au cours de sa carrière, surnage parmi les joueurs de champ.

De fait, les joueurs ont aujourd’hui le niveau pour évoluer dans cette équipe marseillaise, qui est devenue un refuge pour jeunes espoirs en attente de confirmation. Preuve en est avec la dernière vague d’arrivants : comment se fait-il que Bouna Sarr et Georges-Kevin Nkoudou, qui viennent du FC Metz et du FC Nantes, postulent naturellement pour une place dans le onze titulaire marseillais ? Dans quel club français visant les premiers rôles auraient-ils gagné leur place aussi rapidement ?

Autrement dit, Marseille n’a recruté que des joueurs de complément – aussi talentueux soient-ils – mais aucun titulaire en puissance capable de hausser le niveau de son équipe ces dernières saisons, mis à part Lassana Diarra. Ces joueurs, en attente de confirmation, ne peuvent d’ailleurs pas réellement s’exprimer en raison d’un contexte global néfaste, qui les fait passer du statut de simple joker à celui de titulaire incontournable… sans les cadres à côté pour les aider. Même ces derniers ne peuvent plus supporter ce climat délétère et sont aujourd’hui en faillite sur le plan mental, comme ce fut le cas pour Steve Mandanda vendredi soir face à Rennes.

Force est de constater que, si le discours de la direction avait été en adéquation avec la politique de régression dés le départ, au mois d’août, l’OM n’en serait pas là aujourd’hui. En attendant rien d’un tel effectif, les supporteurs n’auraient pas été déçus ou en colère et les joueurs auraient pu se libérer de ce poids mental… ce qui les aurait peut-être mené à une toute autre place cette saison en Ligue 1. »

 

Les joueurs n’ont vraiment pas le niveau pour l’OM

 

« Les bons éléments sont ceux qui trouvent les solutions, les mauvais sont ceux qui trouvent les excuses. » Le problème est seulement mental ? La belle affaire. Il faudrait alors croire que la série dramatique des Marseillais, incapables de gagner au Vélodrome depuis mi-septembre en Ligue 1, serait due uniquement à un mental déficient ? Permettez-moi d’en douter…

Cette saison, l’Olympique de Marseille souffre clairement d’un manque de talent, notamment à certains postes clés. Prenons l’exemple de l’attaque. Pourtant durement critiqué lorsqu’il était encore dans la cité phocéenne, l’international français André-Pierre Gignac a constamment réussi à dépasser le cap des 15 buts ces deux dernières saisons (16 buts en 2013-2014, 21 en 2014-2015).

Qu’en est-il de Michy Batshuayi ? Un bilan bien trop insuffisant. En 30 rencontres de Ligue 1 cette année, le Belge a fait trembler les filets à 13 reprises, soit une réalisation toutes les… 194 minutes. Pire, Batshuayi n’a plus marqué depuis 4 matchs en championnat. Or, c’est dans de tels moments difficiles qu’un réel attaquant se doit de tirer son équipe vers le haut. D’autant que les occasions, l’ancien élément du Standard les a, comme par exemple vendredi dernier contre le Stade Rennais…

Mais Batshuayi n’est pas le seul à blâmer, loin de là. Rémy Cabella, Florian Thauvin ou encore Lucas Ocampos sont tout autant responsables et inefficaces. Actuellement, personne ne semble avoir les épaules pour porter l’attaque marseillaise. Mais faut-il vraiment s’en étonner ? Ont-ils réellement le niveau pour évoluer dans un club qui vise chaque année le podium ou, dans le pire des cas, les 5 premières places de Ligue 1 ? Sans discussion possible, non.

Pourquoi ? Parce que ces trois éléments, en particulier Cabella et Thauvin, n’ont tout simplement jamais confirmé et ont seulement fait une bonne saison, voire moins, dans leur carrière. Florian Thauvin ? Un caprice de star à peine arrivé au LOSC pour partir à Marseille, deux saisons en dents de scie sur la Canebière et un passage raté à Newcastle, pour finalement revenir à Marseille la queue entre les jambes, excusez-moi l’expression.

Rémy Cabella ? Une saison réellement aboutie il y a maintenant trois ans à Montpellier – avec 14 buts et 5 passes décisives – un départ à Newcastle, sans jamais s’imposer lui non plus, et un retour à Marseille pas franchement fou.
Alors certes, l’international français – titularisé à 26 reprises – n’est pas le plus mauvais, mais ses cinq petits buts, accompagnés d’une toute petite passe décisive, ne peuvent suffire dans un club comme l’Olympique de Marseille.

Alors oui, avec de tels joueurs dans ses rangs, l’OM est aujourd’hui à sa (triste) place… »

 

Par Eitel Mabouong et Nicolas Breton

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *