[Edito] Javier Pastore N°10, symbole du PSG version Emery

Premier coup marquant du Paris Saint-Germain version QSI, Javier Pastore a trop souvent fait office de simple joker sous l’ère Laurent Blanc. L’arrivée d’Unai Emery devrait être synonyme de libération pour le joueur, qui a d’ores et déjà troqué son fameux ‘numéro 27′ pour le ’10’. Tout un symbole !

 

 

Javier Pastore, changement de statut attendu

 

Malgré une technique et une vision du jeu largement au-dessus du lot dans l’effectif parisien, Javier Pastore aura longtemps été bridé par l’omnipotence de Zlatan Ibrahimovic dans le jeu du PSG. Preuve de cette relation incompatible sur le terrain entre les deux hommes, l’Argentin a livré ses meilleures prestations lorsque le Suédois manquait à l’appel ces dernières saisons.

Zlatan Ibrahimovic – et Laurent Blanc – partis, les cartes sont aujourd’hui redistribuées. Unai Emery n’a d’ailleurs pas manqué de le souligner tout récemment : « Le départ de Zlatan Ibrahimovic ouvre la porte à d’autres joueurs, à d’autres responsabilités, que les joueurs doivent assumer. Au lieu d’avoir un leader, je veux plusieurs leaders. » Cette déclaration lourde de sens n’a pas encore vingt-quatre heures… et elle semble tout droit destinée à Javier Pastore.

Souvent considéré comme une banale option dans le 4-3-3 de Laurent Blanc, El Flaco devrait (enfin) à récupérer les clés du camion cette saison… après une (très) longue attente de trois saisons. Car c’est bien dans le rôle de leader, et non celui de lieutenant, que Javier Pastore est véritablement parvenu à influencer le jeu du PSG. Lors de sa première saison sous l’ère QSI, il sera de loin le meilleur joueur de la saison au sein du club de la capitale. Il en sera de même un an plus tard avec Carlo Ancelotti… avant que Laurent Blanc ne décide de laisser le pouvoir à Zlatan Ibrahimovic, privilégiant ainsi l’addition d’individualités à l’optimisation d’une force collective pour son groupe.

Contrairement à son prédécesseur, qui a longtemps tâtonné afin de trouver le système de jeu idéal pour son équipe, l’ex-sélectionneur des Bleus n’a jamais cherché à connaitre les qualités de son effectif. Durant trois saisons, il se sera ainsi contenté d’emboîter des joueurs dans son inamovible 4-3-3… Au grand dam des Pastore, Cavani ou autres Marquinhos, qui devraient enfin passer d’un statut de ‘roue de secours’ à celui de titulaire indiscutable avec ce changement de coach.

 

 

Un renouveau par la base

 

Au-delà d’un changement d’entraineur ou de système, c’est surtout le renouveau psychologique qui devrait faire la différence. Simples parias avec Laurent Blanc, ces trois joueurs seront les hommes de bases d’Unai Emery. Finis les status privilégiés, dont bénéficiaient allègrement Zlatan Ibrahimovic et David Luiz, ce dernier a signifié que chacun devait à présent faire ses preuves pour l’équipe. Autrement dit, ce ne sont pas les meilleurs à leur poste qui joueront, mais bel et bien ceux qui sont capables de bonifier le collectif.

Plus que de simples paroles, ce nouvel air frais s’est d’ores et déjà matérialisé pour Javier Pastore, qui a récupéré un ‘numéro 10′ longtemps promis à Marco Verratti. Si dans certains clubs on est tenté de dire « les dirigeants passent, les supporteurs restent », on pourrait presque être tenté de dire qu’à Paris, « les joueurs passent, Javier Pastore reste ».

Javier Pastore floqué du ’10’, cela marque une véritable rupture avec le précédent projet de QSI au PSG, où les numéros étaient distribués en fonction de la valeur marketing du joueur. Javier Pastore floqué du ’10’, cela marque également la fin de l’ère Zlatan Ibrahimovic… Mais cela sonne surtout comme un symbole dans ce nouveau PSG, où seuls trois joueurs arrivés au tout début du projet sont encore présents aujourd’hui. Et dont deux d’entre eux, Salvatore Sirigu et Blaise Matuidi, sont annoncés sur le départ au cours de ce mercato estival.

Finalement Javier Pastore floqué du ’10’, c’est un peu la récompense de l’abnégation pour un joueur rarement considéré à sa juste valeur pendant trois saisons par son ex-coach au moment des matchs décisifs. Après trois ans passés dans le brouillard au niveau européen, le PSG compte bien être relancé par son ancien ‘numéro 27’. Un nouveau ‘numéro 10’ qui, à l’instar de son club, a lui aussi l’intention de passer de l’ombre à la lumière cette année.

One thought on “[Edito] Javier Pastore N°10, symbole du PSG version Emery

  • 25 juillet 2016 at 21 h 11 min
    Permalink

    Le PSG version Emery devrait faire encore plus mal que celui de Blanc. Il y a largement de quoi atteindre les demies cette fois.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *