EURO 2016 : Allemagne – France, le hold-up parfait des Bleus !

L’équipe de France rencontrait l’Allemagne ce jeudi soir du côté du Stade Vélodrome de Marseille. Privée de Mats Hummels, Sami Khedira et Mario Gomez, la Mannschaft se présentait toutefois avec ses certitudes collectives pour cette rencontre. De l’autre côté, le contexte est totalement inversé : au complet, les Bleus disposent néanmoins de beaucoup moins de certitudes dans leur jeu avant de défier ces Champions du Monde amoindris.

 

 

Euphorie, grande souffrance et délivrance… miraculeuse

 

Didier Deschamps l’avait annoncé… ses joueurs l’ont parfaitement écouté ! Comme le souhaitait le sélectionneur la veille en conférence de presse, les Bleus attaquent la rencontre tambour battant. Plus volontaires, plus agressifs… tout simplement plus déterminés, les hommes de Didier Deschamps étouffent littéralement leur adversaire, dans les duels mais aussi à la récupération dans les seconds ballons.

Cette belle embellie ne dure cependant que cinq minutes. Le temps que la machine allemande se met en route. Après avoir cassé le rythme, la Mannschaft déroule sans encombre. Durant les quarante minutes qui suivent, les Bleus ne voient plus le jour. Décalages, redoublements, renversements, dédoublements, jeu court, jeu long… la France est totalement dépassée. Les marquages sont trop laxistes et les côtés, comme cela était pressenti, se font déborder. Patrice Evra est laissé à l’abandon par un Dimitri Payet perdu sur le terrain. Sur le flanc opposé, Bacary Sagna s’en tire légèrement mieux grâce au vrai soutien de Moussa Sissoko.

Didier Deschamps tente tout pour sortir la tête de l’eau. Dimitri Payet est baladé sur le côté droit à la place de Moussa Sissoko… sans grand succès. En face, l’Allemagne appuie au fil des minutes… à tel point que chaque débordement semble pouvoir déboucher sur une réelle occasion de but.

A cinq minutes de la pause, l’équipe de France reprend peu à peu pieds dans cette partie. Sans être flamboyante, et par de simples à-coups, la France parvient à pousser son adversaire à la faute. Preuve en est, sur une action anodine, Hector – pourtant sans pression – met le ballon en corner. Derrière, le coup de pied arrêté débouche sur une main de Bastian Schweinsteiger sur un duel avec Patrice Evra. Le penalty, logique, semble tout de même un brin cruel. Cruauté ou non, Antoine Griezmann (45e) ne se fait pas prier pour tromper Manuel Neuer juste avant la mi-temps.

 

 

Un penalty qui change tout

 

En deuxième période, la physionomie de la partie est identique… à la différence près que l’Allemagne n’est plus du tout dangereuse. Attaquant en premier lieu pour ouvrir la marque, la Mannschaft doit à présent marquer pour revenir au score suite à un véritable coup du sort. Le mental allemand est totalement plombé… la possession de balle stérile malgré la répétition des actions sur les flancs. L’exemple le plus flagrant est celui de Bastian Schweinsteiger. Rayonnant en première période, ce dernier ne répond plus de rien lors du deuxième acte.

Dans le camp adverse, les Bleus sont gagnés par la confiance. Véritablement miraculés, ils peuvent désormais se permettre de laisser venir l’adversaire pour mieux le prendre en contre. A l’agonie durant le premier acte, les hommes de Didier Deschamps paraissent rebiffer par ce coup de pouce du destin. Volontairement débordés dans l’entre-jeu, ces derniers remportent la quasi majorité des duels dans les deux surfaces de réparation… mais en très grande majorité dans la leur.

Hormis Dimitri Payet, qui ne sera jamais entré dans son match hormis sur son premier dribble réussi sur Kimmich, les Français sont transcendés… complètement inoffensifs offensivement mais maitre de leur sujet dans le secteur défensif. Possession ou non, l’Allemagne ne parait plus en mesure de faire la différence tant la charnière Koscielny – Umtiti est impériale aussi bien dans le jeu au sol que dans les duels aériens. Au milieu de terrain, Moussa Sissoko – déjà monstrueux en première période – parvient encore à hausser son niveau de jeu dans une position excentrée devant Bacary Sagna dans ce nouveau système en 4-4-2.

Ne parvenant pas à se montrer dangereux sur les cages adverses, les Bleus vont une nouvelle fois pousser les Allemands à la faute pour faire la différence. Sur une relance très mal négociée par la charnière adverse, Mustafi – tout juste entré en jeu en lieu et place de Boateng (sorti sur blessure) – se fait mystifier par Paul Pogba. Le centre de ce dernier semble trouver Olivier Giroud mais Manuel Neuer parvient à s’interposer. Sorti par contrainte, car voyant son coéquipier pris dans son duel par l’attaquant français, le portier de la Mannschaft ne peut maitriser à la perfection le ballon. Et après avoir réussi à enlever le but de la tête de Giroud, il commet une erreur – inéluctable – qui profite à Antoine Griezmann.

2-0 la messe est dite. Déjà bien moins inspirée depuis le penalty, l’Allemagne semble incapable de forcer la décision et ne peut compter sur Mario Gomez (blessé) pour apporter ce plus dans la zone de vérité. Trop stéréotypé, trop prévisible… en dépit de quelques très grosses situations, les Allemands n’y croient plus.

2-0 score final… sans maitrise et sans davantage de certitudes défensives (mis à part en défense centrale), l’équipe de France rejoint le Portugal en finale de cet EURO 2016, dans ce qui s’annonce comme une affiche terne entre deux formations formatées sur un style de jeu similaire… à savoir la fulgurance individuelle.

 

 

Le résumé de la rencontre Allemagne – France

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *