EURO 2016 : Bilan des outsiders avant la dernière journée

L’écart se ressert entre certains outsiders et d’autres équipes annoncées comme de prétendues favoris dans cet EURO 2016. Malgré un style de jeu totalement opposé, l’Italie et la Croatie pourraient très prochainement amenées à devenir de véritables épouvantails par la suite dans cette compétition. Elles aussi classées au rang d’outsiders, l’Angleterre et le Portugal confirment les doutes émis au terme de leur première rencontre.

 

 

Italie

 

Si son style de jeu rudimentaire n’est pas le plus spectaculaire de la compétition, l’Italie a tout de même la particularité de se montrer très efficace dans les deux zones de vérité… au contraire de l’Allemagne par exemple – qui se cherche encore un buteur providentiel – ou de la Belgique, dont le repli défensif est encore trop fébrile. Dans l’équilibre collectif global, les Transalpins sont sans conteste les mieux armés dans cet EURO 2016.

Vainqueur de ses deux premières rencontres de sa poule, sans encaisser le moindre but, l’Italie est d’ores et déjà assurée de terminer en tête du Groupe E avant même la troisième et dernière journée. Elle est d’ailleurs l’unique nation dans ce cas de figure.

Si ces données devraient suffire à en faire un favori légitime, la Squadra Azzurra n’a toutefois pas été épargnée par le tirage au sort. En toute logique, elle sera ainsi amenée à défier l’Espagne ou la Croatie en 1/8 de finale de cet EURO 2016. En s’extirpant de ce piège, elle se positionnerait alors comme l’un des deux ou trois candidats crédibles à la victoire finale.

 

 

Croatie

 

Comme sous-entendu récemment, cette équipe de Croatie a véritablement des airs de la Roja version 2006. Un jeu léché, spectaculaire offensivement, équilibré sur le plan défensif, des milieux de terrain qui assurent parfaitement le liant entre la défense et l’attaque, des latéraux qui apportent un véritable plus à chaque montée… les points positifs ne manquent pas.

Mais comme l’Espagne version Coupe du Monde 2006, cette équipe de Croatie semble manquer d’expérience dans la gestion des évènements. Preuve en est, malgré une domination totale de la rencontre face à la République Tchèque, les Croates n’ont pas réussi à gérer leur fin de match, notamment après l’interruption de la partie à cinq minutes de la fin. Une fragilité dont ont parfaitement profité les Tchèques pour revenir à la marque.

La grande interrogation est de savoir si cette équipe, qui reste la plus spectaculaire à voir jouer depuis le début de cet EURO 2016, sera capable de tenir la dragée haute devant un adversaire de premier plan. Un premier élément de réponse sera donné mardi soir face à l’Espagne.

 

 

Angleterre

 

Comme face à la Russie, l’Angleterre n’aura livré qu’une mi-temps de très grande facture devant le pays de Galles. Malgré une victoire arrachée au bout du temps additionnel, les Three Lions sont encore beaucoup trop friables pour espérer atteindre le dernier carré de cette compétition.

Mis à part une certaine aisance offensive avec des joueurs capables de faire des différences dans les couloirs, son style de jeu ne porte pas véritablement à l’optimisme. La construction est pratiquement inexistante si ce n’est lors de phases de transition, où l’Angleterre excelle à merveille avec des contres rapidement menés. Ce manque de diversité dans le jeu pourrait d’ailleurs s’avérer être une sérieuse limite devant un bloc collectif compact au milieu de terrain ou densifier sur les ailes.

Contrairement à l’Italie, l’Angleterre a toutefois la chance d’avoir été épargnée lors du tirage au sort. Sauf catastrophe, elle devrait ainsi rallier les 1/4 de finale de cet EURO 2016. A l’heure actuelle, l’imaginer dans le dernier carré de la compétition relèverait toutefois du miracle… mis à part si certaines améliorations dans le jeu sont aperçues d’ici-là.

 

 

Portugal

 

A l’instar de l’équipe de France ou de l’Angleterre ou de la Belgique, le Portugal est capable de se créer une multitude d’occasions franches au cours d’une rencontre par l’intermédiaire de ses individualités… sans pour autant être à même de dominer le cours d’un match de la tête et des épaules, comme peut par exemple le faire l’Espagne, l’Allemagne, la Croatie ou encore l’Italie, dans un autre style.

Loin d’être impériale défensivement, notamment sur le flanc droit de Vieirinha, la Seleção doit par ailleurs composer avec un manque évident de liant entre le milieu de terrain et l’attaque. En résumé, les attaquants sont bons individuellement mais esseulés du restant du bloc collectif, les milieux de terrain sont bons dans le repli mais n’assurent aucune transition entre l’arrière et l’avant… et les défenseurs sont bons du moment qu’ils ne retrouvent pas dans une situation de un contre un.

Mal en point après ses deux premiers matchs, le Portugal devra à tout prix battre la Hongrie lors de son dernier match de poule. Une victoire pourrait d’ailleurs lui permettre de terminer en tête de ce Groupe F… tout autre résultat serait néanmoins susceptible de la mettre hors-jeu de cet EURO 2016.

 

 

Mais aussi…

 

Comme lors de son premier match, la Pologne s’est montrée efficace défensivement devant l’Allemagne. Un réitérant ce type de performance devant l’Ukraine, elle devrait logiquement se qualifier pour les 1/8 de finale. Pratiquement assurée de terminer meilleure troisième dans le pire des cas, la Suisse peut encore se permettre le luxe de s’offrir la tête du Groupe A en cas de victoire face à la France… une équipe qui lui ressemble dans ses manquement collectifs, aussi bien offensivement que défensivement.

Enfin, annoncées comme de potentiels outsiders en marge de cet EURO 2016, l’Autriche et l’Islande s’affronteront lors de la prochaine journée de cette phase de poule. Après deux premiers résultats inquiétants, les Autrichiens n’ont plus le choix et devront l’emporter coûte que coûte lors de cette ultime rencontre. Une victoire pourrait d’ailleurs être insuffisante pour les coéquipiers de David Alaba.

De l’autre côté, les Islandais pourraient se qualifier dans la peau de meilleur troisième avec un simple match nul. Une victoire pourrait les propulser en tête de ce Groupe F, tandis qu’une défaite les élimineraient à coup sûr. Autrement dit, au moins une de ces deux équipes – qui postulaient au rang de révélation pour cet EURO 2016 après une phase éliminatoire convaincante – quittera la compétition quel que soit l’issue de leur affrontement.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *