EURO 2016 : France – Albanie, tout sauf rassurant !

L’équipe de France défiait l’Albanie ce mercredi soir du côté du Stade Vélodrome de Marseille. Suite au match nul entre la Roumanie et la Suisse en fin d’après-midi, les Bleus pouvaient décrocher leur billet pour les 1/8 de finale de cet EURO 2016 en cas de succès.

 

 

Des changements… et le néant !

 

Après la victoire poussive des siens devant la Roumanie, Didier Deschamps a décidé de passer en 4-2-3-1 pour ce deuxième match de la compétition. Exit Paul Pogba et Antoine Griezmann, Anthony Martial et Kingsley Coman occupent les ailes au sein d’un trio d’attaque emmené par Dimitri Payet dans l’axe, en soutien d’Olivier Giroud. Au milieu, la paire Ngolo Kanté – Blaise Matuidi est chargée de la récupération.

Les premières minutes de l’équipe de France sont encourageantes. Les Bleus jouent haut, pressent rapidement à la perte du ballon et occupent les trente derniers mètres adverses sur la largeur grâce à Martial et Coman sur les flancs… à défaut de profondeur. Cette embellie de début de match s’amenuise néanmoins très rapidement au fil des minutes. Conscients de ce qui les attend, les Albanais ne tardent effectivement pas à verrouiller les côtés. Ils parviennent même à refouler les Bleus jusqu’à la ligne médiane.

Le jeu français est trop lent, trop mou, trop prévisible tout simplement pour mettre à mal l’Albanie. Les rares déboulés menés sur les côtés n’atterrissent sur Olivier Giroud que dans une position désavantageuse. En phase défensive, le peu de fois où l’Albanie a accéléré, elle est parvenue à faire mal aux Bleus… notamment sur les flancs. Aussi paradoxale que cela puisse être, ce qui devait à l’origine servir de force pour la France – les côtés – se transforme en faiblesse en raison d’un manque de cohésion dans le repli défensif.

0-0 à la mi-temps, mis à part deux accélérations de Dimitri Payet et deux têtes en déséquilibre d’Olivier Giroud, rien n’est à signaler offensivement côté français… même pas la moindre frappe cadrée. Défensivement, les Bleus ont encore une fois été en danger sur coups de pied arrêtés, dont l’Albanie n’a cependant pas réussi à tirer profit malgré quelques situations intéressantes.

 

 

Une libération miraculeuse mais prévisible

 

Comme face à la Roumanie, l’équipe de France revient des vestiaires avec de biens meilleures intentions… et voit son adversaire se procurer une énorme occasion dans cinq petites minutes après la reprise. Sur un centre enroulé de la droite vers gauche (dans le sens de l’attaque, Ndlr), Memushaj (52e) est à la réception mais voit sa tête – dans un premier temps contrée par Bacary Sagna – heurter le montant droit de Hugo Lloris.

Dans la foulée, les Bleus repartent de l’avant par l’inéluctable Dimitri Payet, dont le centre de l’extérieur du pied trouve un Paul Pobga (entré en jeu à la pause en lieu et place d’Anthony Martial) incapable de reprendre le ballon à bon escient. Même sans se montrer incroyable offensivement, très certainement parce qu’ils n’en sont pas encore capables, les Bleus prennent le contrôle dans l’entre-jeu. Cela est d’ailleurs plus dû à l’effritement physique albanaise de plus en plus visible au fil des minutes qu’à une réelle révolution tactique.

Avec l’entrée en jeu de Paul Pogba, l’équipe de France repasse en effet dans son traditionnel 4-3-3. Antoine Griezmann remplace par la suite Kingsley Coman. Les situations chaudes se succèdent… et se transforment en occasions franches à mesure de l’avancée du match. Avant d’être remplacé par André-Pierre Gignac, Olivier Giroud parvient à faire plier la défense centrale adverse et ses reprises de la tête deviennent de plus en plus tranchantes.

Le dernier quart d’heure est totalement à la cause des Bleus. L’Albanie n’a plus la capacité physique pour ressortir proprement de ses vingt-cinq derniers mètres. Les vagues successives s’abattent sur les cages albanaises. Bien que le temps commence à manquer, l’issue semble inéluctable : la France parait destinée à marquer tôt ou tard. La libération arrive à la dernière minute. A la suite d’un centre de la gauche vers la droite de Dimitri Payet, récupéré à l’autre extrémité et remisé en première intention par Adil Rami, Antoine Griezmann (90e) place une tête gagnante seul au cinq mètres cinquante. Dans la foulée, l’équipe de France place un contre conclu par un enroulé du pied droit dans le petit filet opposé par Dimitri Payet (90e +6).

2-0 score final, cette victoire ô combien importante pour les Bleus n’a cependant rien de bien rassurant. A tel point que ce succès serait d’ailleurs plus à mettre sur le dos d’un craquage physique albanais que d’une réelle volonté payante française. En attendant de se mettre au niveau d’une telle compétition, la France peut savourer sa qualification pour le tour suivant… et c’est bien là l’unique point positif de la soirée.

 

 

Le résumé vidéo de la rencontre France – Albanie

 


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *