EURO 2016 : Pologne – Portugal, le forceps plus que la finesse

La Pologne et le Portugal s’affrontaient ce jeudi soir du côté du Stade Vélodrome de Marseille, à l’occasion du premier 1/4 de finale de cet EURO 2016. Respectivement vainqueurs de la Suisse et de la Croatie au tour précédent, Polonais et Portugais entendaient se hisser dans le dernier carré de la compétition.

 

 

Une première demi-heure à l’avantage de la Pologne

 

Comme face à la Suisse, la Pologne attaque cette rencontre pied au plancher… et ne tarde pas à trouver la faille suite à une erreur de Cédric, coupable d’un mauvais jugement de trajectoire sur une ouverture de quarante mètres de la gauche vers son aile droite. Pris par le rebond, ce dernier laisse filer Grosicki vers la surface de réparation. Seul, l’attaquant trouve Robert Lewandowski (2e) au beau milieu des seize mètres cinquante, qui vient crucifier Rui Patricio malgré le retour désespéré de William Carvalho. A noter sur cette action le magnifique travail sans ballon de Milik, qui a emporté la paire Pepe – Fonte avec lui au premier poteau pour libérer l’espace dans son dos pour son coéquipier.

Pris à la gorge sur la première action de la partie, les hommes de Fernando Santos n’auront même pas eu le temps de tenter le moindre mouvement offensif. Dos au mur, ces derniers tardent à rentrer dans ce match. Mieux physiquement, plus disciplinés tactiquement, les Polonais imposent leur jeu à l’adversaire grâce à un pressing haut. Comme lors des précédentes rencontres, le Portugal est à la peine au milieu de terrain qui, en plus d’être friable défensivement, n’apporte rien offensivement.

Après dix minutes de jeu, les Lusitaniens changent leur fusil d’épaule. Fini le 4-4-2, les coéquipiers de Cristiano Ronaldo passent en 4-3-3 avec Renato Sanches sur le droit et Nani dans l’axe. Les premiers effets de ce changement stratégique ne tardent pas à faire effet et le flanc droit de la défense polonaise est souvent mis à mal par les montées d’Eliseu et les permutations entre Ronaldo et Nani sur ce même côté.

En face, les Polonais peuvent compter sur un milieu de terrain maitre dans l’entre-jeu. Les redoublements de passes dans l’axe avec les attaquants font merveilles aux abords de la surface adverse, tandis que les latéraux et Grosicki se chargent de prendre le meilleur dans les couloirs. Totalement à la peine au milieu, le Portugal reste néanmoins solide dans l’axe de la défense, où la charnière Pepe – Fonte éteint à petit feu Robert Lewandowski. Devant, ne pouvant compter sur l’appui de leurs relayeurs, les attaquants lusitaniens réussissent toutefois à combiner grâce aux déviations de Cristiano Ronaldo en une touche pour Nani et Renato Sanches.

Au fil des minutes, la Seleção prend peu à peu le meilleur sur son adversaire… et va logiquement revenir à la marque sur sa première véritable occasion dangereuse de la partie. A la suite d’un une-deux avec Nani à l’entrée de la surface de réparation côté droit, Renato Sanches (33e) repique dans l’axe et décoche une superbe frappe à mi-hauteur côté fermé. Lukasz Fabianski ne peut rien faire cette balle déviée involontairement par Grezgorz Krychowiak.

Les dix dernières minutes sont totalement équilibré et les deux équipes terminent logiquement ce premier acte dos à dos sur un score nul (1-1).

 

 

Un deuxième acte à l’avantage du Portugal

 

La deuxième période débute comme la première avait commencé… par une domination polonaise. Plus à l’aise techniquement, les Polonais réussissent assez facilement à se projeter aux abords de la surface de réparation adverse, où Pepe et Fonte règnent en maitre des lieux. Après cinq minutes de légère pression, le Portugal se remet dans le sens de la marche… et va totalement reprendre le jeu à son compte. Fernando Santos refait passer son équipe en 4-4-2. Une initiative qui permet à Cédric de bloquer un Kamil Krosicki jusqu’alors intenable avec le soutien de Renato Sanches dans ce couloir.

Plus solide défensivement, le Portugal devient par ailleurs plus menaçant sur le front de l’attaque. Pourtant mieux dans ce match, la Pologne perd littéralement pied au gré des minutes en raison d’un gros coup de mou physique. Les actions polonaises, jusqu’à présent léchées collectivement, se font alors uniquement par le biais de percées individuelles et sont facilement mises à mal par la défense adverse. Sans être plus réaliste que leurs homologues polonais devant le but, les attaquants portugais parviennent néanmoins à apporter davantage de danger sur les cages adverses en passant par les côtés, en raison de cette éternelle faille dans l’axe du terrain.

A l’entame du dernier quart d’heure, l’entrée en jeu de Moutinho va régler une partie de ces maux axiaux. Loin d’être impérial, le Monégasque réussit pourtant à mettre suffisamment sa touche personnelle pour permettre aux siens de prendre la mesure de leur adversaire dans l’entre-jeu. La récupération de balle s’effectue beaucoup plus haut sur le terrain et les premières phases d’occupations lusitaniennes dans la moitié de terrain adverse font leur apparition sur la pelouse du Vélodrome. Derrière, les latéraux tentent tant bien que mal d’apporter eux aussi leur contribution, pendant que Pepe montre l’étendue de son talent en contrecarrant une à une les quelques fulgurances polonaises.

En dépit de cette amélioration, et de l’entrée en jeu de Ricardo Quaresma pour forcer la décision en toute fin de match, Portugais et Polonais ne peuvent empêcher de prolonger la soirée pour trente minutes supplémentaires. Comme lors de cette dernière demi-heure du temps réglementaire, la Pologne n’arrive plus à rien sur le terrain. En face, la Seleção ne parvient pas à tirer le meilleur de sa supériorité physique pour faire la différence.

1-1 score final, c’est finalement aux tirs au but que le Portugal arrache sa qualification pour les demi-finales de cet EURO 2016… au terme de son cinquième match nul en autant de rencontres disputées dans cette compétition. Même sans être flamboyante, la Seleção aura tout de même – tactiquement, physiquement et techniquement par à-coups – pris le meilleur sur la Pologne durant la majeure partie de cette rencontre. Sans parler de triomphe, cette qualification ne souffre toutefois d’aucune contestation.

 

 

Le résumé de la rencontre Pologne – Portugal

 


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *