EURO 2016 : TOP 5, les punchlines du début d’EURO !

Pauvre en terme de jeu, cet EURO 2016 ne manque pourtant pas de piquant en ce qui concerne les déclarations assassines. Voici le TOP 5 des punchlines depuis le début de la compétition. A noter que certaines déclarations sont plus marquantes par leur contexte que par leur contenu.

 

 

Cristiano Ronaldo et jeu islandais

« L’Islande a mis son but après avoir été derrière pendant 90 minutes. Ils ont mis le bus devant les cages ! C’est difficile quand une seule équipe essaie de jouer au foot et de gagner le match. C’est un peu frustrant pour nous, mais c’est juste le début de la compétition. Nous ne sommes pas inquiets (du match nul). » (Après l’entrée en lice du Portugal devant l’Islande)

 

 

Eden Hazard et ses conseils à Zlatan Ibrahimovic

« Je ne peux pas me comparer à lui. Je le respecte. Ce sera notre quatrième confrontation. Sur ce qu’il a réussi durant sa carrière, il m’est supérieur. Mais nous n’occupons pas les mêmes postes. C’est un buteur, moi un créateur. Il peut apprendre de moi dans les dribbles. » (A la veille du match Belgique – Suède, décisif pour la qualification en 1/8 de finale)

 

 

Mino Raiola et ‘la sarabande’ de Paul Pogba

« Non, il n’a pas fait de bras d’honneur après le match. Il ne l’a pas fait et on va arrêter avec ces conneries parce que maintenant je suis en contrôle, mais ça ne va pas bien. Dans le monde, comme on dit en anglais il y a les « haters », des personnes qui détestent tout (…) C’est une danse avec ses frères et ses amis. On ne doit pas utiliser Paul pour se faire de la publicité. Ces conneries doivent s’arrêter ! Ils ont pris des images pas nettes, en dehors de son contexte car c’était une série de mouvements de danse et ils veulent faire un scandale, déstabiliser Paul. La jalousie est une chose grave. » (Au lendemain du match France – Albanie… et quelques heures avant la parution de la vidéo sur internet)

 

 

Noël Le Graët et les gros qui gagnent petits

« On ne donne pas forcément un spectacle abouti pendant 90 minutes. Mais l’équipe de France progresse (…) Regardez les autres matchs, il y a un but d’écart partout ! On s’imaginait que certaines nations allaient prendre des 3-0, des 4-0 ou des 5-0… Ce sont des 1-0, des 2-1… Il y a même eu un 3-3. C’est très serré. » (Après France – Irlande… et quelques heures avant les démonstrations de l’Allemagne et de la Belgique)

 

 

Wayne Rooney et le souvenir impérissable du Stade Vélodrome

« Mon retour dans ici (au Stade Vélodrome de Marseille) ? Désolé, je ne me souviens pas avoir joué à Marseille. » (A la veille de l’entrée en lice de l’Angleterre face à la Russie)

 

Avec L’Equipe.fr, RMC Sport, RTL et beIN Sports

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *