EURO 2016 : Une Croatie brillante… mais trop fragile

La République Tchèque affrontait la Croatie ce vendredi après-midi du côté du Stade Geoffroy-Guichard de Saint-Etienne. Après leur très bonne entame de compétition face à la Turquie, les Croates avaient l’occasion de faire un grand pas vers la qualification. Les Tchèques devaient quant à eux absolument se relancer suite à leur défaite inaugurale devant l’Espagne.

 

Ce n’était peut-être pas l’affiche la plus alléchante sur le papier au début de cet EURO 2016, mais ce République Tchèque – Croatie est pourtant le plus beau match de la compétition jusqu’à présent en compagnie du Belgique – Italie de lundi dernier. Au-delà du score, qui fait de ce match le plus riche en buts depuis le lancement de ce rendez-vous continental, cette partie a été rythmée par du jeu, du spectacle et un sacré retournement de situation.

 

 

Une mainmise totale pour la Croatie

 

Après un round d’observation d’une dizaine de minutes, la rencontre tourne pourtant assez rapidement en faveur de la Croatie. Comme face à la Turquie, les coéquipiers de Luka Modric montent en puissance au fil des minutes et mettent littéralement la main sur ce rendez-vous. Plus volontaires dans l’engagement, hauts dans le pressing, propres à la récupération, capables de se projeter vers l’avant en quelques passes par du jeu à une touche de balle, des phases d’occupations aux abords de la surface adverse, des passes chirurgicales entre les lignes… ces derniers dominent de la tête et des épaules cette partie. Complètement asphyxiés, les Tchèques cèdent une première fois juste avant la pause sur une réalisation d’Ivan Perisic (37e). Une juste récompense tant la Croatie s’était montrée à son avantage tout au long de ce premier acte.

Au retour des vestiaires, la seconde période démarre comme la précédente s’était ponctuée… Autrement dit, par une domination outrageuse des hommes d’Ante Cacic. Après une multitude d’occasions franches vendangées, ces derniers enfoncent logiquement le clou grâce à Ivan Rakitic (59e) peu avant l’heure de jeu, à la suite d’une mauvaise relance de l’adversaire. Dans la foulée de ce but du break, Luka Modric est contraint de céder sa place, davantage par précaution que pour un sérieux pépin physique a priori.

 

 

Une fin de match improbable…

 

Malgré cette sortie, le collectif croate ne cesse de mener la vie dure à son homologue tchèque. Les coéquipiers de Tomas Rosicky reviennent pourtant dans la partie sur leur première occasion du match. Sur un sublime extérieur du pied droit côté gauche, le Gunner trouve Skoda (79e) dont la tête lobée vient tromper Subasic, pas exempt de tout reproche sur ce coup.

Malgré ce but encaissé, la Croatie repart de l’avant. Nullement mise en danger jusqu’alors, celle-ci va voir une partie – qui semblait pourtant gagnée – totalement lui filer entre les doigts à la suite d’une interruption causée par des jets de fumigènes sur la pelouse. Ce break de cinq minutes semble être de trop pour les Croates. Conscients d’être revenus d’entre les morts, les Tchèques ont bien l’intention de saisir leur chance.

Dés le retour sur le terrain, la République Tchèque joue son va-tout et se livre comme jamais auparavant dans ce match. Même si la manière laisse à désirer, elle va ainsi se voir récompenser de ses cinq minutes d’efforts par le biais d’un penalty – logiquement mais cruellement – accordé en raison d’une main de Vida dans sa surface de réparation. Chargé d’exécuter la sentence, Necid (90e +4) ne tremble pas et crucifie Subasic d’une frappe en force sous la barre au beau milieu du but de Subasic.

2-2 score final, bien qu’elle n’ait pas remporté ce match, la Croatie se place encore un peu plus comme l’outsider numéro 1 de cet EURO 2016… à défaut d’en être devenu un véritable favori à la victoire finale. La qualité de son jeu pourrait en effet se heurter à une certaine fragilité mentale dans la gestion des moments importants. Toute proportion gardée, cette génération croate est quelque peu semblable à la génération espagnole de la Coupe du Monde 2006… Reste à savoir si elle saura mieux gérer les fins de matchs que son aînée ibérique, par le passé, dans la suite de sa compétition. Un premier élément de réponse devrait être apporté à l’occasion de l’opposition à venir face à la Roja en début de semaine prochaine.

De leur côté, revenus miraculeusement dans cette partie, les Tchèques peuvent encore croire en une qualification pour les 1/8 de finale. Ils devront pour cela battre la Turquie lors ce leur dernier rendez-vous de cette phase de poule… un adversaire avec lequel un certain contentieux datant de l’EURO 2008 est encore à régler.

 

 

 

Le résumé de la rencontre République Tchèque – Croatie

 


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *