EURO : Deschamps, « L’Islande ? Pas que des longues touches »

Didier Deschamps était en conférence de presse ce samedi matin, à la veille du 1/4 de finale entre la France et l’Islande dimanche soir du côté du Stade de France. Le jeu islandais, les dispositions tactiques des Bleus, les entames de match manquées… comme à son habitude, le sélectionneur ne s’est pas mouillé lors de cet avant-match.

 

 

Les forces de l’Islande

« Les joueurs qui jouent avec l’Islande sont en Premier League. Ce ne sont pas de petits joueurs. Ils ont éliminé l’Angleterre grâce à ce qu’ils ont fait sur le terrain. L’Islande n’est pas là par hasard. L’Islande n’a rien volé.

Il y a des qualités dans cette équipe. Ils ne font pas que des longues touches. Ils ont des positionnements bien définis qu’ils répètent à chaque match. A 35-40 m du but, c’est l’équivalent d’un coup de pied arrêté. De par la présence qu’ils amènent en zone offensive, ils jouent avec deux attaquants de grande taille, athlétiquement, ils sont là, ils mettent de la pression.

Je ne peux pas grandir mes joueurs, leur ajouter des centimètres, même s’ils sont capables de lutter dans les airs.Les joueurs regardent les matches. Ils savent que cette équipe n’est pas là par hasard.  On a pris des dispositions pour gêner cet aspect du jeu. »

 

Son onze type pour dimanche

« Je me retrouve dans différents systèmes pas rapport à ce que je veux faire. Il y a l’adversaire, le style d’opposition qu’on a. Je fais des choix au départ, je peux être amené à changer. On peut avoir une équipe type, mais ça peut évoluer. Je considère ça comme un avantage. J’ai des joueurs qui m’amènent à changer d’animation pour poser des problèmes à l’adversaire. »

 

Les qualités de Samuel Umtiti

« Je donne aussi les qualités de Mangala ? (Rires). Sam est avec nous, c’est encore un jeune joueur. Il a une bonne expérience, il a joué la C1 avec l’OL. Il a été champion du monde avec les U20. Aujourd’hui, s’il va dans le club où il va, ce n’est pas par hasard. Il a des qualités de duel, une bonne technique de relance. Il possède toutes les qualités du défenseur de haut niveau. »

 

Les entames de match manquées

« C’est vrai que jusqu’à maintenant c’est passé, ça peut à un moment ne plus passer. Il y a nous ce que nous faisons pas assez bien, mais aussi un adversaire qui en début de match a toutes ses capacité athlétiques. A l’usure, il lâche un peu plus. L’idéal, c’est de bien commencer et bien finir. Quand on finit mal, ce n’est pas bon signe. On a toujours eu une bonne réaction. Après je réagis. Au-delà de l’organisation, de changements des joueurs, c’est un état d’esprit aussi. Mais mal démarré, à un moment ça ne passera plus. »

 

Un EURO en faveur des collectifs

« Les joueurs n’avaient pas besoin de ça pour le savoir. C’est la réalité du football de haut niveau. Les individualités sans collectifs, ça ne mène à rien. Collectivement les équipes sont bien organisées. »

 

Une préparation aux tirs au but

« Non, je n’ai jamais préparé de séances de tirs au but. Les tirer à l’entraînement ou en match, ça n’a rien à voir. J’ai des joueurs qui ont l’habitude de le faire. Je ne vais pas faire de séance spécifique. »

 

 

Relayé par L’Equipe.fr et RMC Sport

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *