Euro / Préparation : France – Cameroun, les enseignements

L’Equipe de France accueillait le Cameroun ce lundi soir du côté de La Beaujoire dans le cadre de la préparation à l’Euro 2016. Entre une défense décimée et une attaque en rodage, car dans l’attente de l’arrivée d’Antoine Griezmann dans le groupe, les Bleus devaient en premier lieu se rassurer pour ce premier match amical à douze jours du début de la compétition.

 

Un premier acte poussif pour la France

 

 

On cherchait des motifs de satisfactions, ou à défaut d’espoirs… force est de constater que la première mi-temps des Bleus n’aura pas véritablement rassuré Didier Deschamps. Largement bousculée par les Camerounais dans l’entre-jeu, l’Equipe de France est contrainte de passer par des longs ballons pour se montrer dangereuse. Aucune construction au milieu de terrain, le seul moyen d’accéder devant le but adverse est de compter sur un exploit individuel ou sur une remise suite à un ballon dans le dos de la défense.

En face, après s’être limités à de longs ballons durant près d’un quart d’heure, les Lions Indomptables montrent de réelles qualités dans les transmissions de balle et parviennent à inquiéter la défense française lorsqu’ils réussissent à mettre leur jeu en place aux abords des vingt-cinq derniers mètres. Ils sont toutefois très souvent rattrapés par un manque de justesse technique dans la dernière ou l’avant-dernière passe.

C’est pourtant la France qui ouvre la marque. Initialement placé côté droit, Kingsley Coman  – à gauche sur l’action – est à la réception d’une transversale de Dimitri Payet, qui a permuté avec le pensionnaire du Bayern Munich. Après une conservation de balle par l’intermédiaire de Patrice Evra puis Dimitri Payet, Coman place une accélération sur son vis-à-vis et centre en retrait. La balle arrive sur Blaise Matuidi (20e) qui, seul à huit mètres des cages adverses, crucifie le portier camerounais d’une reprise de volée du pied gauche.

Touché mais pas coulé, le Cameroun réagit dans la foulée. Suite à un renversement de jeu, Allan Nyom combine avec un coéquipier. Sur un une-deux, le côté gauche de la défense française est littéralement débordé. Le centre de Nyom trouve Vincent Aboubakar (23e), qui prend le meilleur sur la charnière centrale pour tromper Hugo Lloris.

1-1, les Bleus s’en remettent trop souvent à de longs ballons ou à un exploit individuel pour espérer trouver la faille, généralement par l’intermédiaire de Kingsley Coman, parfois avec Dimitri Payet. Des phases de transitions assez mal maitrisées, un manque de liant évident entre le milieu de terrain et l’attaque, un déchet technique plutôt conséquent… malgré cela, c’est pour bel et bien la France qui va réussir à planter le deuxième but juste avant la pause. Une sublime ouverture de Paul Pogba – excentré côté droit aux trente-cinq mètres – trouve Olivier Giroud (41e) esseulé au beau milieu de la surface de réparation, dont la reprise de volée permet aux hommes de Didier Deschamps de reprendre l’avantage.

 

 

Une deuxième période (légèrement) plus rassurante

 

 

Sur la lancée de la première période, l’Equipe de France met énormément de temps à rentrer dans sa deuxième mi-temps. Comme lors du premier acte, les Bleus ne parviennent pas à prendre le meilleur au milieu de terrain. Ils arrivent tout de même à placer quelques fulgurances par l’intermédiaire de Dimitri Payet – grâce à des ballons dans la profondeur – ou avec les percées de Ngolo Kante, entré à la place de Lassana Diarra à la pause.

Globalement, ces derniers se sont faits manger dans le secteur clé qu’est l’entre-jeu, ce qui ne les a pas empêché de réussir à mettre en place quelques phases de construction, notamment par le biais des montées de Patrice Evra sur son côté gauche. Au fil des minutes, les Bleus se montrent d’ailleurs (légèrement) plus insistants offensivement mais uniquement par à-coups.

Sans non plus bouleverser le visage de l’équipe, l’entrée en jeu de Moussa Sissoko – dans un rôle de milieu droit – apporte une nouvelle solution. Si le problème de liant entre le milieu et l’attaque n’est pas totalement résolu, la France peut toutefois compter sur de réelles intentions collectives, une différence qui tranche avec les longs ballons et les exploits individuels des quarante-cinq premières minutes. Olivier Giroud (55e, sur une bévue d’Aurélien Chedjou), Paul Pogba ou encore Yohan Cabaye (87e) manquent néanmoins leur face-à-face avec Fabrice Ondoa.

Pire encore, le Cameroun égalise – presque logiquement – dans la foulée de l’occasion manquée par Cabaye. Sur un dégagement du gardien, Adil Rami se troue complètement dans son duel aérien à quarante mètres des buts français. Derrière, Laurent Koscielny glisse tandis que Patrice Evra – en difficulté défensivement tout au long de la partie – joue mal le hors-jeu sur cette action et couvre Choupo-Moting (88e)… qui bat Hugo Lloris. Loin d’être impérial, l’axe de la défense s’était pourtant montré assez rassurant jusqu’à cette bévue collective, où trois passes auront suffi à remonter quatre-vingt mètres.

Malgré cette égalisation, l’Equipe de France repart de l’avant… sans pour autant se montrer transcendante. Sur un ultime coup-franc, légèrement excentré côté droit aux vingt-cinq mètres, Dimitri Payet (90e +1) trouvera cependant la lucarne opposée de Fabrice Ondoa et vient offrir la victoire aux Bleus.

Peu rassurants dans le jeu, dominés au milieu de terrain, les hommes de Didier Deschamps auront tiré leur épingle du jeu sur trois actions de grande classe (une accélération de Coman, une ouverture de Pogba et un coup-franc direct de Payet). Malgré deux buts encaissés, la défense centrale s’est montrée à son avantage sans pour autant être impériale.

Les trois principales interrogations concernent le manque de liant entre le milieu et l’attaque, où l’absence d’Antoine Griezmann se fait cruellement ressentir malgré l’excellente partition de Dimitri Payet, le couloir gauche de Patrice Evra – coupable sur les deux buts encaissés – et le manque d’impact au milieu de terrain.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *