Mercato : Amende de 10 M€, Diarra et l’OM futurs alliés ?

Alors que Lassana Diarra a récemment appris qu’il était contraint de dédommager le Lokomotiv Moscou pour son départ non-réglementaire, comme l’a confirmé le Tribunal Arbitral du Sport, c’est finalement l’OM qui pourrait être amené à régler la facture, en raison de son statut de nouvel employeur du joueur.

 

 

Le Lokomotiv Moscou dans son bon droit

 

C’est en tout cas ce qu’affirme L’Equipe ce dimanche soir. Le quotidien confie en effet que le club russe aurait « envoyé une missive à l’Olympique de Marseille » afin que les Phocéens règlent la facture.

Le Lokomotiv Moscou est d’ailleurs susceptible d’obtenir gain de cause face à l’OM en raison du nouveau règlement de la FIFA. « Selon l’article 17.2 de la FIFA qui a été modifié, le club du joueur sanctionné est désormais solidaire. L’Olympique de Marseille a un mois pour s’acquitter de cette somme » précise ainsi la source.

 

 

L’OM et Lassana Diarra contraints de s’entendre

 

 

L’OM pourrait ainsi être le grand perdant dans ce dossier. Avec la clause sous seing privé, non reconnue par la LFP mais bel et bien signée entre Lassana Diarra et le club (qui permet au joueur de changer d’air librement dés cet été, Ndlr), l’international français devrait effectivement être en mesure de remporter un éventuel procès contre l’OM devant la justice si l’affaire se conclut au Civil.

Autrement dit, l’Olympique de Marseille pourrait être amené à régler une facture de 10 millions d’euros pour un joueur qui ne rapportera même pas un euro en cas de départ dans les semaines qui viennent.

Aujourd’hui coincés sur ce dossier, les dirigeants olympiens doivent à tout prix tenter de trouver un consensus avec Lassana Diarra pour régler cette dette puisqu’un mauvais accord vaudrait toujours mieux qu’un bon procès pour le club… mais également pour le joueur, qui pourrait à nouveau se voir suspendre de toute activité professionnelle tant que la justice civile ne s’est pas prononcée dans cette affaire.

Le terrain d’entente idéal pour les deux parties resterait donc un transfert à hauteur de cinq millions d’euros, ce qui réglerait une partie de la note pour le club et permettrait au joueur – pour lequel le temps est désormais compté – de poursuivre sa carrière vers un club plus prestigieux sportivement… ou financièrement.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *