L1 : Arbitrage, s’en plaindre est-ce vraiment bénéfique ?

Comme cela est de tradition en Ligue 1, de nombreux coachs et dirigeants de clubs se sont plaints de l’arbitrage cette saison. Bruno Génésio est le dernier en date à être sorti du bois.

 

Plusieurs plaintes, une seule raison

 

Cette saison, les plaintes envers le corps arbitral n’ont pas manqué. Dans la continuité de la fin du précédent exercice, Vincent Labrune a rapidement dégainé. C’est une nouvelle fois au terme d’une rencontre face à l’Olympique Lyonnais (1-1) que le président phocéen s’est insurgé fin septembre, assurant que son équipe n’obtenait jamais de penalty au contraire des Rhodaniens. Son homologue olympien n’a lui aussi pas manqué à ses ‘obligations’ en dégommant l’arbitre lorsque son équipe était dos au mur… M. Bastien s’en souvient encore.

Les Olympiens ne sont cependant pas les seuls à râler auprès de l’arbitrage. Pratiquement vécu comme une religion du côté de Bastia, Ghislain Printant et ses hommes ne se sont également pas fait prier au moment de se plaindre. Dernièrement, c’est Jean-Pierre Caillot, le président du Stade de Reims, qui a jeté de l’huile sur le feu.

Point commun entre ces plaintes : c’est toujours lorsque leur équipe est en grande difficulté, à deux doigts de faillir aux objectifs fixés, que celles-ci sortent de la bouche des différents acteurs.

 

Beaucoup de bruits, peu de conséquences

 

Mais se plaindre est-ce vraiment utile ? Pour les Bastiais, qui s’en étaient pris à l’arbitre suite à la victoire sur penalty de l’En Avant de Guingamp courant janvier, cela n’a eu aucune conséquence en leur faveur. Un certain nombre d’entre eux a cependant été entendu par la Commission de discipline de la LFP.

Concernant l’Olympique de Marseille ? Ils se sont vu accorder un but litigieux (ballon sorti des limite du terrain) contre le Montpellier HSC… près de trois mois après leurs railleries. Ils s’étaient auparavant imposés du côté du Roazhon Park suite à un arbitrage défavorable… pour le Stade Rennais.

Et l’Olympique Lyonnais dans tout cela ? Ils s’étaient vu octroyer un coup-franc décisif – qui avait conduit au but égalisateur – face à l’OM (1-1) au mois de janvier. Une situation qui leur avait profité avant leurs plaintes en Coupe de la Ligue, suite à une élimination devant le Paris Saint-Germain sur un but litigieux d’Adrien Rabiot (ballon sorti des limites du terrain, d’Adrien Rabiot).

Pour le Stade de Reims, Jean-Pierre Caillot – le président champenois – a estimé que ses plaintes avant la rencontre face à Guingamp (perdue 0-1 le weekend dernier) avaient au contraire desservies ses joueurs… au niveau de l’arbitrage.

En résumé, se plaindre ne sert pas à grand chose. Ce n’est en effet pas une plainte au mois de septembre qui a permis aux Marseillais d’en profiter durant l’automne. Il en va de même pour l’OL, qui a bénéficié d’un arbitrage favorable avant ses plaintes. Comme le veut le traditionnel dicton en Ligue 1, « les choses s’équilibrent sur une saison ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *