L1 : Bastia – OM, les enseignements de la partie

Cette rencontre de la 32e Journée de Ligue 1 entre le Sporting Club de Bastia et l’Olympique de Marseille n’avait pas grand intérêt sur le papier. Les deux clubs étant proches du maintien, l’unique question était de savoir comment les Marseillais allaient réagir suite à la claque reçue à domicile face au Stade Rennais avant la trêve internationale.

 

Une première période fermée

 

Comme souvent cette saison à l’extérieur, l’Olympique de Marseille débute la rencontre pied au plancher. Devant des Bastiais compactes dans l’axe, les Phocéens utilisent les côtés. Les situations les plus dangereuses viennent d’ailleurs du flanc droit, où les dédoublés entre Florian Thauvin et Brice Djadjédjé font merveilles. Seul problème : les hommes de Michel Gonzalez se font manger dans les duels aériens. Aligné à la pointe de l’attaque, Steven Fletcher n’est ainsi jamais trouvé dans la zone décisive… ni dans les pieds ni dans le domaine aérien.

En face, Bastia ne manque pas de répondant. Présents au duel durant vingt-cinq minutes, les Corses perdent pied dans l’entrejeu pendant le quart d’heure suivant… sans pour autant concéder de réelles occasions. Ce sont d’ailleurs ces derniers qui terminent mieux ce premier acte, en se montrant toutefois trop imprécis dans la surface adverse.

 

Bastia réaliste, OM sans réaction

 

Meilleurs dans le jeu en fin de première mi-temps, les joueurs de François Ciccolini entament la seconde période avec de réelles velléités offensives. Ils vont en toute logique ouvrir la marque par l’intermédiaire de Karim Rekik (47e c.s.c.), suite à un déboulé de François Kamano dont le centre trouve l’international néerlandais.

Au fond du trou, l’OM ne parvient pas à réagir… et ne tente d’ailleurs rien pour y parvenir. Et c’est à nouveau logiquement que Bastia fait le break peu avant l’heure de jeu. idéalement lancé dans la profondeur par Seko Fofana, Kamano est fauché par Steve Mandanda dans la surface. Gaël Danic (56e sp) se charge d’exécuter la sentence en trompant le portier olympien.

Derrière, Marseille ne montre toujours rien. Michel Gonzalez choisit alors d’effectuer un ‘super coaching’ destiné à revigorer son équipe. Michy Batshuayi entre à la place d’Abou Diaby, titulaire mais peu en jambes. Dans la foulée, Lucas Silva remplace Brice Djadjédjé, avant que Lassana Diarra ne cède sa place à Romain Alassandrini sur blessure.  A la 65e minute, les trois changements marseillais sont effectués… sans qu’il n’y ait le moindre changement dans le jeu.

A l’entame du dernier quart d’heure, Michy Batshuayi (77e) parvient miraculeusement à réduire la marque sur un ballon de Rémy Cabella reçu dos au but. A l’entrée de la surface de réparation, en pivot et chargé par un défenseur, l’attaquant réussit à se créer lui-même son but en battant Jean-Louis Leca d’un sublime intérieur du pied droit croisé dans le petit filet opposé. Ce sera l’unique occasion de l’Olympique de Marseille, qui terminera la partie à dix suite à une agression de Romain Alessandrini (88e) sur Alexander Djiku.

 

Les conséquences au classement

 

2-1 score final, le Sporting Club de Bastia (11e, 43 points) a pratiquement assuré son maintien de manière définitive. Quant à l’Olympique de Marseille (13e, 39 points), qui n’a plus rien à espérer depuis plusieurs semaines, l’écart de six points est maintenu avec la zone rouge. Si l’OM ne se rassure pas avec ses propres performances, et ses huit rencontres de rang sans victoire en Ligue 1, les contre-performances des équipes de bas de tableau devraient permettre aux Olympiens de se maintenir.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *