L1 / Bilan : Angers SCO, une dalle sans limite

Tout juste débarqué de Ligue 2, Angers SCO devait être une victime expiatoire pour la majorité des équipes rodées à la Ligue 1. Avec un nombre incalculable de chamboulements lors du mercato précédent, un nombre infime d’observateurs donnait d’ailleurs une chance aux Angevins dans leur quête de maintien. Ces derniers finiront pourtant par déjouer tous les pronostics.

 

Le parcours d’Angers SCO

 

1… comme le nombre de journée passée en tête de la Ligue 1 par Angers. Grâce à sa victoire sur le Montpellier HSC (2-0) en ouverture de la saison, les hôtes de Jean-Bouin resteront la seule équipe à priver le PSG d’une saison parfaite (en tête de la 1e à la 38e Journée, Ndlr). Aux dires des pronostiqueurs, la belle histoire devait s’arrêter là… Il n’en sera rien.

Avec sept victoires pour une seule défaite au bout de dix journées de championnat, Angers SCO se permet même le luxe de se positionner en tant que dauphin du Paris Saint-Germain à l’issue du premier quart de la saison. Après une probante victoire sur l’Olympique de Marseille, c’est l’Olympique Lyonnais qui s’inclinera devant les hommes de Stéphane Moulin au soir de la 17e Journée.

Entre-temps, ces derniers auront réussi à tenir le PSG (0-0) en échec à Jean-Bouin mais auront surtout eu la capacité à remporter des rencontres face à des candidats pour le maintien, qui est toujours resté l’objectif numéro un malgré cette embellie générale. Le Gazélec Ajaccio (0-2), l’ESTAC Troyes (0-1), le Sporting Club de Bastia (0-1) ou encore le Toulouse Football Club (1-2) tomberont tour à tour face au froid réalisme angevin.

A la mi-saison, Angers a déjà glané 31 points… ce qui lui permet de se hisser à une surprenante 3e place. Un parcours qui va bien au-delà des objectifs initialement fixés – voire fixables – par le club. Par le biais d’une nouvelle victoire, face au Stade Malherbe de Caen (2-0) au retour de la trêve hivernale, les Angevins retrouveront pour la sixième et dernière fois la deuxième place du classement.

Deux défaites et une victoire plus tard – sur l’AS Monaco (3-0) – l’honorable promu connaitra sa quatorzième et ultime apparition sur le podium de la Ligue 1 au soir de la 23e Journée. Avec un bilan d’une première place, six deuxième place et sept troisième, Angers SCO commence logiquement à rentrer dans le rang par la suite. Le club devra attendre ainsi huit rencontres avant de renouer avec la victoire à la fin du mois de mars (5-1 devant Lorient, 31e Journée), le temps d’encaisser un sérieux contrecoup par l’intermédiaire de cinq défaites et deux nuls.

Si cette dégringolade fera chuter les Noir et Blanc jusqu’au douzième rang, ce qui constituera l’unique apparition de la saison du club dans la deuxième partie de tableau, le réveil face aux Merlus leur offrira les tant attendus 42 points du maintien. Après une série de deux victoires et deux nuls en avril, Angers ponctuera sa saison par trois revers de rang au mois de mai… ce qui ne les empêchera pas de terminer à une très honorable neuvième place au terme de cet exercice 2015 / 2016.

 

L’homme de la saison : Cheikh Ndoye

 

Certains appelleront cela du pragmatisme, d’autres qualifieront cela de manque d’imagination… toujours est-il que le mètre quatre-vingt douze de Cheikh Ndoye n’aura pas été de trop pour Angers SCO cette saison. Preuve en est, ce dernier a terminé meilleur buteur de son équipe avec 9 réalisations.

Une donnée qui en dit beaucoup sur l’apport du milieu de terrain… mais également sur le niveau de jeu global de cette équipe angevine, davantage efficace sur coup de pied arrêtés et en contre que lors de phases de construction (ce qui prévaudra essentiellement jusqu’au dernier tiers de la saison). Cheickh Ndoye est par ailleurs l’unique joueur de son équipe a avoir marqué un doublé à trois reprises cette saison, dont un retentissant contre l’Olympique Lyonnais (2-0) pour la dernière des Gones au Stade de Gerland en Ligue 1.

 

La punchline de la saison : « Qu’il aille se faire foutre »

 

« Qu’il aille se faire foutre (l’arbitre, Ndlr). On n’a jamais emmerdé un arbitre et là c’est un manque de respect. Aucun respect… Aucun respect ! Il se prend pour qui ? (Montrant la photo de la blessure de Pierrick Capelle à la caméra) Regardez, regardez ! Et le corniaud, il ne veut même pas me recevoir ? »

 

(27 février 2016, Saïd Chabanne à la mi-temps du match contre l’EA Guingamp)

 

Le match de la saison : O. Marseille – Angers SCO (1-2), 8e Journée de Ligue 1

 

Ce n’est certainement pas la rencontre la plus spectaculaire disputée par Angers SCO cette saison, mais elle est celle qui a révélé les hommes de Stéphane Moulin aux yeux du grand public de la Ligue 1. Le contexte du match y est au passage pour beaucoup.

Au coup d’envoi du match, l’Olympique de Marseille – qu’on croit alors en plein reconquête – reste en effet sur quatre rencontres consécutives sans défaites toutes compétitions confondues, dont deux fessées et deux matchs nuls arrachés dans les dernières minutes de la partie à dix. L’OM commence d’ailleurs à reprendre ses aises en Ligue 1 au Stade Vélodrome avec deux raclées devant l’ESTAC Troyes (6-0) et le SC Bastia (4-1), le tout suivi d’un nul contre l’Olympique Lyonnais (1-1), un match durant lequel les Phocéens auront longtemps couru après le score à dix contre onze.

De leur côté, les Angevins ont eu des premières oppositions à leur portée en s’offrant notamment le scalp des deux autres promus que sont le Gazélec Ajaccio et l’ESTAC Troyes. Cette rencontre à Marseille – dans un Vélodrome à huis clos partiel – constitue donc le premier vrai test pour Angers face à un gros du championnat.

Au terme d’une partie assez équilibrée entre les deux équipes, qui tourne cependant à l’avantage des visiteurs en ce qui concerne les occasions franches, Angers SCO parvient à s’imposer et à se faire un nom en Ligue 1. Des victoires clinquantes devant des adversaires prestigieux, tel que l’Olympique Lyonnais (2-0) ou encore l’AS Monaco (3-0), suivront par la suite de la saison.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *