L1 / Bilan : SM Caen, une saison presque parfaite

Si le SM Caen aura manqué de peu une qualification pour l’Europa League en fin de saison, il est difficile de remettre en question la magnifique saison des Normands. Capables de mettre la plupart des équipes de Ligue 1 en difficulté, les hommes de Patrice Garande ont toutefois dû alterner entre périodes pleines et périodes creuses tout au long de cet exercice 2015 / 2016.

 

Le parcours du SM Caen

 

38… comme le nombre de journées passées dans la première partie de tableau de la Ligue 1. Soit l’intégralité de l’exercice. Une sacrée performance pour un club qui n’était pas véritablement attendu au tournant cette saison. Mieux encore, le SM Caen s’est même permis le luxe de grimper jusqu’à la deuxième place du classement entre la fin novembre et le début du mois de décembre… le temps de deux petites semaines.

Hormis quatre fessées, subies contre l’Olympique Lyonnais (0-4 ; 1-4) et le Paris Saint-Germain (0-3 ; 0-6), les Caennais ont souvent répondu présents tout au long de la saison. Et cela y compris devant les futurs clubs qualifiés pour l’Europe. L’AS Monaco n’a ainsi pas fait mieux que deux matchs nuls (1-1 ; 2-2), tandis que l’AS Saint-Etienne a concédé deux revers devant Caen (1-0 ; 2-1). L’OGC Nice aura connu une demi-réussite face aux Normands (1-2 ; 2-0). Parmi les équipes mieux classées, seul le LOSC aura suivi les traces du PSG et de l’OL sur les bases d’un 100 % lors de ces deux confrontations (1-2 ; 0-1).

Sur le reste des confrontations de la saison, le Stade Malherbe de Caen aura su allier le meilleur comme le pire par séquences. Le meilleur, comme la série de cinq victoires en six matchs entre le début du mois de septembre et la mi-octobre qui permettra aux hommes de Patrice Garande de monter sur la troisième marche du podium. Le meilleur encore, comme la série de quatre matchs d’invincibilité entre le mois de novembre et début décembre, au sein de laquelle on retrouvera notamment une correction mémorable infligée aux Girondins de Bordeaux (4-1) au Matmut-Atlantique, ou encore une fin de saison ponctuée par deux nuls et deux victoires.

Le pire, comme des humiliations devant les gros ou des défaites improbables face à des relégables ou des équipes en difficulté, notamment en deuxième partie de saison. L’Olympique de Marseille (3-1), le Stade de Reims (2-0), le Gazélec Ajaccio (1-0) ou encore le Toulouse Football Club (2-0) se sont ainsi fait les dents sur le SM Caen lors de ces six derniers mois… comme le LOSC, qui malgré sa belle fin de saison, avait battu les Normands lorsque le club flirtait encore de manière très incertaine avec la zone de relégation.

En dépit de tous ces hauts et ces bas, le Stade Malherbe de Caen aura tout de même réussi à se hisser au septième rang de la Ligue 1 au final lors de cette saison 2015 / 2016… Le tout après avoir passé un quart de la saison sur le podium (deux fois deuxième et sept fois troisième). Une sacrée performance pour un club qui était quatorzième du championnat un an auparavant.

 

L’homme de la saison : Jean-François Fortin

 

Après un début de saison idéal, le Stade Malherbe de Caen voit son président mis en examen pour « corruption active et passive », suite à l’affaire des ‘matchs truqués’ du Nîmes Olympique remontant à la saison précédente. Hasard ou coïncidence, le club connait un gros passage à vide de pratiquement deux mois dans la foulée.

L’équipe parvient cependant à se remettre sur de bons rails par intermittence sur les trois derniers mois de compétition… pratiquement en même temps que la relaxe de Jean-François Fortin. De là à affirmer que le SM Caen a – consciemment ou non – vécu sa saison au gré des mésaventures de son président…

 

La punchline de la saison : « Je sens qu’on va gâcher quelque chose »

 

« Il est inacceptable de la part d’un groupe de gâcher une fin de saison. Il faut savoir intervenir quand ça va bien mais là je sens qu’on va gâcher quelque chose. Il y a un problème concernant le comportement, quand il n’y a pas les valeurs de Caen, on n’est plus rien.

Il n’y a pas de crise mais il y a des mentalités au club qu’il va falloir changer. Si on termine 14ème, tout ce qui a été fait sera oublié et ce n’est pas ce qu’on veut, on va mettre la pression. Il n’y a pas de crise parce qu’on a un bon groupe qui vit bien et il est hors de question d’être hors des 10 premiers.

On doit devenir des compétiteurs et ce n’est plus le cas. Il y a une barre que l’on n’arrive pas à franchir et là c’est de la faute des joueurs (…) Si le Stade Malherbe de Caen ne change pas ses mentalités, ça sera très compliqué pour la suite et on doit se battre. On veut changer d’ère mais comme tous les clubs, on laisse les clés du camion aux joueurs le week-end. »

(20 avril 2016, Xavier Gravelaine lors d’une conférence de presse exceptionnelle)

 

Le match de la saison : AS Saint-Etienne – SM Caen (1-2), 28e Journée de Ligue 1

 

C’est une victoire qui résume la saison du Stade Malherbe de Caen. Mis à part quatre fessées concédées devant le Paris Saint-Germain et l’Olympique Lyonnais, les Caennais ont souvent eu l’occasion de faire jeu égal à chaque rencontre, sur une durée plus ou moins importante selon les rencontres et avec plus ou moins de réussite.

Ce match devant l’AS Saint-Etienne est celui qui se rapproche le plus du match parfait pour le SM Caen. Un pressing de tous les instants, une récupération de balle (très) haute, des occasions à tout-va, des buts et un succès mérité à l’arrivée… Dans l’ensemble, les Normands ont frôlé la perfection cet après-midi là au regard du scénario.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *