L1 / Bilan : Stade de Reims, un scénario tellement prévisible

Initiés en début de semaine, les bilans individualisés des clubs de Ligue 1 se poursuivent ce mercredi, quelques jours seulement après le coup de sifflet final de la saison 2015 / 2016. Après l’ESTAC Troyes et le Gazélec Ajaccio, place au dernier malheureux de cet exercice : le Stade de Reims.

 

Le parcours du Stade de Reims

 

5… comme le nombre de journées que le Stade de Reims aura passé en tant que relégable au cours de ces 38 matchs de Ligue 1. A titre de comparaison, le Toulouse Football Club se sera retrouvé dans cette position à vingt-six reprises… mais aura surtout réussi à s’extirper de la zone rouge au bon moment, soit au soir de l’ultime rencontre de la saison.

Si ce scénario catastrophe était prévisible au fil des semaines depuis le début de l’année civile, rien ne le laissait pourtant présager en tout début de saison. Après quatre matchs, et trois victoires pour une défaite, les Rémois occupaient une honorable – mais ô combien provisoire – deuxième place en Ligue 1. A la fin du mois de septembre, ils étaient encore quatrième au bout de huit rencontres. Une belle série qui plaçait potentiellement le Stade de Reims comme grand invité surprise de la saison… Jusqu’à ce que la réalité finisse par rattraper les hôtes d’Auguste-Delaune.

Après ne plus avoir touché terre pendant deux mois, ces derniers vont avoir la tête sous l’eau durant les deux suivants suite à une série de sept défaites consécutives toutes compétitions confondues… dont six en championnat. Démarrée le 03 octobre au Stade de Gerland face à l’Olympique Lyonnais (0-1), celle-ci ne se terminera que le 28 novembre suivant au terme d’un match nul concédée devant le Stade Rennais (2-2) pour le compte de la 15e Journée de Ligue 1.

Si cette série de défaites se stoppera en ce soir d’automne, la spirale négative rémoise ne cessera de se poursuivre jusqu’au terme de la saison. Il faudra notamment attendre sept matchs de championnat pour voir les Champenois renouer avec la victoire, soit entre le 02 décembre contre l’En Avant de Guingamp (2-1) et le 03 février devant Angers SCO (2-1, 24e Journée). Durant ce laps de temps, ces derniers se seront offerts un tour de chauffe par la zone de relégation… le temps d’une soirée seulement.

Malgré deux nouveaux succès lors des quatre rencontres suivantes, également ponctuées par deux défaites, le Stade de Reims ne parvient plus à prendre de l’avance sur le trio de relégable, que le club finira par rejoindre en raison d’une trop faible prise de points lors des dix dernières journées… 7 unités contre dix-huit pour le TFC, malgré une confortable avance de dix longueurs sur les Violets au soir de la 28e Journée. Cette chute spectaculaire aura comme point d’orgue une dix-huitième place à l’issue de la 35e Journée de Ligue 1. Un rang que les hommes de David Guion, en charge de l’équipe lors des trois derniers matchs, ne réussiront pas à quitter jusqu’à la fin de la saison.

 

L’homme de la saison : Aïssa Mandi

 

Si Nicolas De Préville a eu le droit à la lumière durant les six premiers mois de la saison, et aura vécu là-dessus au cours des quatre suivants, c’est bel et bien Aïssa Mandi qui sera le véritable homme fort de cette saison du côté du Stade de Reims. Capitaine exemplaire et valeureux, il sera celui qui tentera d’apaiser les tensions avec les groupes de supporteurs un soir de défaite à domicile au cours de l’hiver.

Son indéniable apport au sein du groupe se retrouvera à la rage lisible sur son visage à chacun de ses buts, dont le dernier restera l’ouverture du score contre l’Olympique Lyonnais au cours de l’ultime journée de championnat. Avec cinq réalisations, Aïssa Mandi termine au passage deuxième meilleur buteur du club… une sacrée performance pour un défenseur, qui en dit cependant beaucoup sur les manques offensifs rémois tout au long de la saison.

Homme de la saison, Aïssa Mandi ne sera toutefois pas l’auteur de la punchline de l’année chez les Champenois. Cette récompense est (fort) logiquement décernée à Johny Placide et son coup de gueule mémorable envers sa direction.

 

Le match de la saison : ESTAC Troyes – Stade de Reims (2-1), 34e Journée de Ligue 1

 

Plus que la défaite lors d’un derby, ce match contre l’ESTAC Troyes est surtout celui qui a mis fin à une grande partie des espoirs de maintien du Stade de Reims. En tenant compte du contexte de la rencontre, celle-ci était capitale à triple titre.

En premier lieu, parce qu’elle pouvait instaurer une dynamique une semaine après une victoire contre le FC Nantes (2-1). Deuxièmement, parce qu’avec des affrontements à venir face à l’OGC Nice – alors à la lutte pour la deuxième place – et l’Olympique Lyonnais, qui n’avait toujours pas rattrapé l’AS Monaco, le calendrier n’était pas favorable au Stade de Reims. Troisièmement, parce qu’il fallait absolument battre un adversaire direct pour le maintien, bien que l’ESTAC était d’ores et déjà relégué. Après de terribles désillusions face au Toulouse Football Club (1-3), au Gazélec Ajaccio (2-2) puis à l’En Avant de Guingamp (0-1), l’occasion était offerte de vaincre le ‘mauvais sort’.

Malgré cette obligation de résultat, les Champenois se sont littéralement fait manger tout au long de cette partie. Miraculeusement à égalité à la pause, malgré une bonne demi-douzaine d’occasions franches concédées, les visiteurs finissent par craquer deux fois en dix minutes à la reprise.

Résultat des courses, Reims – qui pouvait s’offrir quatre longueurs d’avance sur le Gazélec Ajaccio et six sur le Toulouse Football Club en cas de victoire – restera à portée de tir de ces deux concurrents. La journée suivante, à l’issue d’un nouveau revers face à l’OGC Nice, ils prendront leur ticket d’entrée pour la Ligue 2… qu’ils valideront lors des deux weekends suivants contre le Montpellier HSC (1-3) et l’Olympique de Marseille (0-1).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *