L1 : Monaco, la positive attitude avant le combat

A deux jours de sa rencontre capitale face à l’Olympique Lyonnais, pour le compte de la 37e Journée de Ligue 1, l’AS Monaco a lancé son opération séduction ce jeudi à travers une campagne médiatique orchestrée autour de la positive attitude. L’affaire Nabil Dirar, les rumeurs de départ de Leonardo Jardim, les tensions avec les arbitres… le club de la principauté a décidé de laisser ses récentes casseroles de côté au moment d’aborder son ultime grand rendez-vous de la saison.

 

Une stratégie par la parole

 

Après son cuisant échec lors du tour préliminaire de Ligue des Champions devant le FC Valence au mois d’août, suivi d’un automne européen calamiteux en Europa League, l’AS Monaco a longtemps cru que son salut viendrait d’une deuxième place en Ligue 1, qui lui était longtemps promise… avant un improbable effondrement survenu au début du printemps. Conséquence immédiate : le rocher a vu l’Olympique Lyonnais lui reprendre dix longueurs en trois mois… et surtout sa deuxième place tant désirée en raison d’une meilleure différence de buts.

En dépit de l’accumulation des échecs sportifs tout au long de la saison, en très grande partie due à un mercato estival catastrophique pour le staff technique – mais ô combien réussi en ce qui concerne les finances du club – l’heure est aujourd’hui au positivisme.

Preuve en est avec la conférence de presse de Leonardo Jardim ce jeudi. Les points récemment perdus par Monaco sur l’OL ? Un faux problème pour ce dernier qui affirme ainsi, à travers un relativisme affiché, que « c’est oublié, on est dans un autre match. On ne regarde pas derrière. C’est le foot ça : Barcelone a bien cédé neuf points sur ses poursuivants en tête du Championnat d’Espagne ».

Pour ce qui est de la pression d’une qualification directe en Ligue des Champions ? Là aussi, aucune crainte pour le coach de l’ASM puisqu’il existe la voie détournée des barrages. « Notre objectif est d’aller directement en Ligue des champions, après, il y a un autre chemin. On va faire tous les efforts pour finir deuxième », confie l’intéressé en ce sens.

La pression du résultat évacuée, le coach lusitanien a par la suite voulu rassurer l’ensemble de son groupe en tirant un trait définitif sur son avenir afin d’assurer une certaine stabilité psychologique à l’approche de cette rencontre. « Un futur lié à une deuxième ou une troisième place ? Ce n’est pas une question pour moi, ça. J’ai trois ans de contrat. Le projet est différent des autres années et moi je suis à 100% dans le projet, c’est aussi mon projet. »

 

Des paroles… et (quelques) actes

 

Sans des gestes joints à la parole, cette nouvelle approche n’aurait cependant pas une très grande valeur en terme de communication. Au relativisme de Leonardo Jardim est ainsi venu s’ajouter le positivisme de Vadim Vasilyev un peu plus tôt dans la journée. Le vice-président en personne était en effet présent du côté de la Turbie afin de saluer les joueurs un à un au moment de l’entrainement… Le tout sous le regard ‘complice’ des journalistes, gentiment conviés – une fois n’est pas coutume – à observer ce nouvel élan (soudain) de solidarité.

Sévèrement critiqués de manière publique par Vadim Vasilyev il y a peu, les joueurs monégasques – qui n’avaient pas les épaules pour porter ce maillot courant avril – ont reçu un message d’encouragement et de sécurité de la part de ce dernier. Celui-ci a ainsi assuré, face caméra : « Je crois entièrement en mes joueurs et au coach. On a traversé une zone de turbulences mais nous sommes prêts désormais. C’est le match pour la deuxième place. On y croit, on est prêts. On va à Lyon pour gagner ».

Relativisme, stabilité, encouragement, positivisme, sécurité… mais aussi isolement, les pensionnaires de l’AS Monaco n’ayant pas été autorisés à s’exprimer dans les médias cette semaine à l’approche de ce match capital. Tendu par moment lors de ses récentes conférences de presse, Leonardo Jardim a su évacuer cette remarque désobligeante par un trait d’humour. « Les joueurs, il vaut mieux qu’ils restent tranquilles avant un tel match. Je sais que la presse soutient beaucoup les joueurs et le club ici ! Mais Tiémoué (Bakayoko) va venir en conférence de presse ! »

Autrement dit, si le club de la principauté a tout fait pour préparer au mieux ses joueurs en vue de ce rendez-vous capital, quelques parapluies ont d’ores et déjà étaient sortis afin de prévenir une éventuelle désillusion samedi soir du côté du Parc OL, qui demeure toujours à l’heure actuelle la dernière forteresse imprenable de l’élite depuis son inauguration au mois de janvier.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *