L1 / Reims : Le printemps, saison idéale pour un suicide

Alors que la 38e et dernière Journée de Ligue 1 – version 2015 /2016 – se déroule ce samedi soir, le Stade de Reims a pratiquement un pied et quatre orteils dans la tombe. Une bien triste situation que le club champenois n’a cependant rien fait pour éviter ces derniers mois.

 

Un suicide brillamment préparé

 

Appelé à prendre la relève d’Olivier Guégan courant avril, David Guion souhaitait mettre en place une mission commando… il devrait finalement avoir droit à un enterrement de première classe avec le Stade de Reims. Déjà mal en point depuis le début de l’hiver, les Rémois n’ont pas su se sortir de cette délicate situation au cours du printemps.

Entre le début du mois de mars et la 37e Journée, les Champenois ont ainsi enchainé par sept défaites… pour seulement une victoire et un match nul. Malgré un nul face à l’AS Monaco ou des défaites logiques concédées devant le Stade Rennais ou l’OGC Nice, ce sont surtout les récents revers contre l’Olympique de Marseille, le Montpellier HSC et encore davantage face à l’ESTAC Troyes – des adverses contre lesquels des points semblaient a priori prenables sur le papier – qui ont plongé le club dans un tel marasme.

Outre l’aspect sportif, les hôtes d’Auguste-Delaune n’ont pas véritablement été aidés par leur direction tout au long de cette mauvaise passe. Preuve en est avec ce changement de coach plutôt hasardeux dans le timing, à un moment de la saison où une solidarité de tous les instants est pourtant recommandée. Un bouleversement qui a par ailleurs eu des répercussions dans les jours suivants, en raison d’une passe d’armes entre le club et Olivier Guégan par voie de presse.

 

Lyon, l’heure de la confirmation

 

Résultat des courses, le Stade de Reims pointe à l’avant-dernière place du classement à l’entame de la dernière journée de championnat. Même avec la réception d’un Olympique Lyonnais sans pression, voir un retournement de situation en faveur des hommes de David Guion parait improbable… pour ne pas dire impossible. Certes le coup est encore jouable mathématiquement mais, au regard du niveau de jeu affiché ces dernières semaines, comment peut-on raisonnablement penser qu’un OL libéré de toute obligation est véritablement prenable.

En attendant d’officialiser sa descente en Ligue 2 sur les coups de 23h00 ce samedi soir, le Stade de Reims – qui a tranquillement creusé sa tombe tout au long du printemps – n’aura plus qu’à clouer son cercueil durant quatre-vingt dix minutes devant son fidèle public de Delaune.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *