LdC : 1/4 aller, le Barça peut craindre l’Atletico

Le FC Barcelone marche sur l’eau – et sur l’Europe – depuis plus d’un an à présent. Injouable ces douze derniers mois, aussi bien pour les équipes du Vieux contient que du reste du globe, le Barça pourrait cependant connaitre un sérieux accroc devant l’Atletico Madrid ce mardi soir (20h45, Canal +).

 

L’Atletico Madrid, caméléon par définition

 

Annoncé comme le légitime favori à sa propre succession, le FC Barcelone n’est cependant pas à l’abri d’une surprise. Surtout devant une formation au profil résolument défensif comme celui de l’Atletico Madrid. En premier lieu parce que les Madrilènes ont un jeu complètement différent de celui proposé par les autres mastodontes européens.

Contrairement au Real Madrid, au Bayern Munich ou au Paris Saint-Germain, les équipes annoncées comme de sérieux candidats au titre final dans cette compétition, les Colchoneros ne sont jamais aussi bons que lorsqu’ils n’ont pas le ballon. Rapide dans la transition, la formation de Diego Simeone est capable de remonter le terrain en l’espace de trois passes… le tout après avoir été pilonnée durant plusieurs minutes aux abords de sa propre surface de réparation.

A l’instar de Chelsea FC en 2012 ou de la Juventus Turin depuis l’arrivée de Massimiliano Allegri, l’Atletico Madrid sait s’adapter au jeu de l’adversaire. Outre cette rigueur défensive, où l’attaquant se mue en premier défenseur, les hôtes de Calderon savent aussi faire le jeu – par séquences – quand cela est nécessaire. Si un danger guette le FC Barcelone, c’est bel et bien ce type d’équipe ‘caméléon’, qui ne cherche pas à imposer son jeu à l’adversaire mais qui se laisse au contraire dominer pour mieux contrer.

 

Un Barça inquiétant lors du Clasico

 

Et à la vue de la dernière prestation des Blaugrana face au Real Madrid samedi soir, à l’occasion d’un Clasico perdu à domicile (1-2), on peut légitimement penser que ce Barça là n’a rien d’injouable.

Loin d’être impériaux dans son Camp Nou, les hommes de Luis Enrique avaient l’air emprunté physiquement. Malgré quelques phases de domination, ils n’ont jamais semblé en mesure d’imposer leur rythme durant cette partie. L’attaque n’a jamais véritablement été à son avantage. Sur les phases défensives, c’est l’ensemble du bloc qui a été à la peine, aussi bien dans l’axe que sur les côtés.

Preuve en est, Lionel Messi a souvent été contraint de venir récupérer les ballons au milieu du terrain avant de repartir de l’avant… mais il n’a jamais été en mesure de faire la différence dans les vingt derniers mètres. A la récupération du ballon, Sergio Busquets semblait trop faible pour faire la différence à la sortie de Rakitic.

Quant aux phases de transition, le Barça était tout simplement aux abonnés absents lorsque les Merengues se sont décidés à jouer en première intention, avec une projection de leurs milieux aux abords de la surface adverse. Dans les débordements, les renversements de jeu et les centres… les côtés ont littéralement pris l’eau face aux joueurs de vitesse. Avec les Griezmann, Ferreira Carrasco ou autre Koke, l’Atletico ne manque pas d’éléments capables d’éliminer sur un coup de rein.

Serré sur le papier, ce 1/4 de finale aller de Ligue des Champion pourrait donc prendre une tournure inattendue si le Barça – comme face au Real Madrid samedi – ne parvient pas à répondre présent physiquement face aux Colchoneros… qui axent pour leur part une grosse partie de leur jeu sur cet aspect.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *