LdC – 2e Journée : Minima, miracle et demi-déception… le bilan des clubs français

La 2e Journée de la Ligue des Champions a livré son verdict. Victoire logique du Paris Saint-Germain, miracle pour l’AS Monaco et défaite de l’Olympique Lyonnais… Voici le bilan des clubs français.

 

 

Une victoire logique pour le PSG

 

Sans être flamboyant, le Paris Saint-germain est logiquement venu à bout du Ludogorets Razgrad (3-1) mercredi soir du côté de Sofia. Après une première période poussive, malgré un dernier quart d’heure de meilleur facture, les hommes d’Unai Emery ont montré un bien meilleur visage lors du second acte.

Du côté des satisfactions, on notera les belles prestations d’Edinson Cavani, auteur d’un doublé dans un moment crucial de la partie, du duo Blaise Matuidi (auteur de l’égalisation et d’un gros abatage à la récupération) – Marco Verratti, déterminant à l’approche des vingt mètres adverses, ou encore la copie impeccable d’Alphonse Areola, auteur d’une arrêt sur penalty à 2-1.

Thiago Motta fait office de principale déception dans cette rencontre. Au-delà du penalty provoqué, il s’est montré top discret, autant à la récupération que dans le jeu vers l’avant. Coupable d’une relance foireuse, plein axe et au beau milieu de la surface sur le penalty provoqué, Serge Aurier n’a pas non plus été irréprochable. Bien qu’il n’ait commis que cette erreur… Trop grossière pour passer inaperçu. A noter par ailleurs l’important déchet technique d’Angel Di Maria qui, hormis son coup-franc décisif sur la tête de Cavani, n’a pas apporté grand chose offensivement.

Autant dire qu’au-delà de cette victoire, le PSG ne s’est pas montré impérial d’un point de vue collectif… et encore moins d’un point de vue individuel pour certains. Toujours est-il que ce résultat reste bon à prendre pour la confiance, en attendant de meilleures prestations, notamment lors de la double confrontation à venir face au FC Bâle. Affrontements durant lesquels deux succès semblent impératifs pour la première place, compte tenu la victoire d’Arsenal sur les Suisses (2-0) dans le même temps.

 

 

Un nul miraculeux pour l’AS Monaco

 

Très à l’aise depuis le début de saison, l’AS Monaco connait une sacrée baisse de régime ces dernières semaines. Après l’humiliation dans le derby et une victoire poussive devant Angers SCO, les Monégasques ont arraché un nul miraculeux devant le Bayer Leverkusen (1-1) grâce à une frappe venue d’ailleurs de Kamil Glik au bout du temps additionnel. Qui plus est sur l’unique frappe cadrée de la partie pour les hommes de Leonardo Jardim.

Poussif ou non, ce résultat permet néanmoins aux Monégasques de conserver la tête de son groupe devant Tottenham, vainqueur du CSKA Moscou dans le même temps. Une défaite les aurait mis dans une position assez inconfortable avant la double confrontation face aux Russes. Dans l’éventualité où l’AS Monaco arracherait deux victoires lors de ses deux prochains matchs, un grand pas en avant serait d’ores et déjà fait. Surtout si dans le même temps une des deux autres équipes (Tottenham ou Leverkusen) bat l’autre à deux reprises. La première place serait alors quasiment acquise.

 

 

Une défaite attendue pour l’OL

 

Leur entrée réussie devant le Dinamo Zagreb était une réelle satisfaction au niveau comptable. Force est de constater que la marche était bien évidemment trop haute face au FC Séville. Comme attendu, les hommes de Bruno Genesio n’ont pas tenu la comparaison bien longtemps face aux Andalous. Encore que lors de la première mi-temps, un léger espoir pouvait laisser espérer un match nul. Mais comme Ludogorets devant le PSG, les Gones n’auront tenu la comparaison – physique et tactique – que durant une mi-temps.

Quinze minutes en deuxième période auront ainsi suffi à mettre fin à ces espérances. Quinze minutes durant lesquelles l’OL n’a tout simplement pas vu le jour et aura, finalement, eu la satisfaction de n’encaisser qu’un seul but. La suite de la partie aura également montré les limites offensives des Lyonnais, qui n’ont jamais semblé en mesure de revenir à la marque si ce n’est sur des tentatives lointaines. Entre le manque d’expérience dans la gestion des temps forts et des temps faibles ou encore les énormes manques individuels en phase défensive, il parait improbable de voir l’Olympique Lyonnais s’extirper de ce groupe.

D’autant plus que les deux prochaines confrontations les mettront aux prises avec la Juventus Turin. Pour continuer d’espérer, l’OL devra faire aussi bien que les Sévillans en arrachant au moins un point lors de ces deux rencontres. Faute de quoi, ils pourraient être définitivement sortis de la course à la qualification au bout de quatre journées… A condition que le FC Séville batte à deux reprises le Dinamo Zagreb dans le même temps. Ce qui devrait être une formalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *