Top 14 : Le président de la Fédé néo-zélandaise tacle les dirigeants, « Les sommes proposées aux joueurs sont un non-sens »

Tout un symbole… Le lendemain du succès mondial des moins de 20 ans français, Mourad Boudjellal et le RCT officialisaient la signature de Julian Savea. Un All Black de plus dans ce qui se revendique comme étant le meilleur championnat du monde. Interrogé au sujet des nombreux transferts de joueurs néo-zélandais vers le Top 14, le président de la fédération néo-zélandaise Steve Tew pointe du doigt des « désaccords ».

« Un problème majeur pour le rugby mondial »

« Là, on touche au fond de notre problème. Nos désaccords avec le rugby français sont en direction des clubs et cela crée des tensions, expliquait-il vendredi dans une très intéressante interview accordée à Midi Olympique. Je vais essayer de le dire de manière diplomatique (il sourit) : notre coût du travail, celui de nos joueurs et de nos entraîneurs, est tiré vers le haut par le marché étranger, spécialement français (…) C’est un problème très important pour nous et je n’en fais pas secret quand je vois Bernard (Laporte) et Serge (Simon). J’aimerais qu’ils interviennent sur ce sujet, car nous voudrions que les Français régulent leur marché. Les sommes qui sont actuellement proposées aux joueurs sont un non-sens. Ça peut leur faire tourner la tête. »

Et Tew d’aborder plus précisément le cas de Savea – qui a décidé à 27 ans à peine de donner un nouvel élan à sa carrière, lui qui n’était plus un premier choix dans l’esprit de Steve Hansen. « J’ai vu pour Julian (…) Étonnant, non ? (il grimace) Je n’ai pas à en juger les effets sur le rugby français, ce ne sont pas mes affaires, poursuivait-il. Je sais, en revanche, que ce n’est pas bon pour le rugby néo-zélandais. Et pas seulement. C’est un problème majeur pour le rugby mondial. »

Car pour lui, « l’arrivée massive de joueurs étrangers, dans certains championnats, affaiblit considérablement les équipes nationales ». Et, malheureusement, le XV de France en est le parfait exemple (que ce soit avec Guy Novès ou Jacques Brunel aux commandes…).

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *