Ligue 1 : Ce qu’il fallait absolument rater de la 35e Journée

La première partie de la 35e Journée de Ligue 1 a livré son lot d’enseignements. La rencontre entre l’OM et le FC Nantes, la traditionnelle victoire à l’arrachée de l’ASSE ou encore la pâle copie offensive du Stade Rennais… voici ce qu’il fallait absolument rater ce weekend.

 

Le ‘fabuleux’ match entre l’OM et Nantes

 

Comme chaque weekend, il ne fallait rien attendre du match de l’Olympique de Marseille. Comme chaque weekend, il ne fallait également rien attendre du match du FC Nantes. En résumé, pour ne pas être déçu, il suffisait simplement de ne rien attendre de cette opposition entre l’Olympique de Marseille et le FC Nantes.

Deux équipes fébriles, des défenses apathiques et des attaques inoffensives… le fait d’avoir vu des buts dans cette partie relève de l’ordre du miracle. D’un côté, un but contre son camp de Nicolas Nkoulou. De l’autre une accélération gagnante de Florian Thauvin, avec en prime un chambrage à l’encontre du public… pourtant absent en virages.

Deux miracles, un chambrage, une exclusion, une blessure, et un départ acté… Pour espérer voir du jeu de la part de ces deux équipes, il faudra repasser… mais certainement pas avant la saison prochaine, au risque d’être à nouveau déçu.

 

La triste mais redoutable efficacité de l’ASSE

 

Incapable de s’imposer lorsque Christophe Galtier souhaitait déployer du jeu, l’AS Saint-Etienne a réussi à retrouver le chemin de la victoire en faisant totalement abstraction sur la manière.

Comme lors de ses précédents succès, l’ASSE a une fois encore rien proposé durant les trois-quarts de la rencontre… avant de planter un couteau dans le dos de son adversaire à l’entame du dernier quart d’heure. Dans l’absolu, il vaut donc mieux se brancher sur les matchs des Verts uniquement pour suivre les quinze dernières minutes de chaque rencontre.

Pour ne pas perdre son temps, si on n’est pas supporteurs, le mieux reste encore de lire le résultat et le classement à la fin du match. Une fois n’est pas coutume en matière de football, un simple résumé de trois minutes en dit davantage de Saint-Etienne que les quatre-vingt dix d’une rencontre ces derniers temps.

 

La force offensive de Rennes

 

Le Stade Rennais a eu le mérite d’y croire dimanche soir face à l’AS Monaco… et c’est bien là le seul motif d’espoir. Dans le jeu, les Bretons sont complètement à la ramasse ces dernières semaines lorsqu’il s’agit de proposer quelque chose. Mis à part des fulgurances individuelles, une lenteur extrême dans la circulation du ballon et une possession stérile… il ne faut rien demander aux hommes de Rolland Courbis en matière d’attaque placée.

Il y a encore peu de temps, cette attaque suffisait à cacher les manques défensifs de cette équipe. Mis à part un refus total du jeu de la part de l’AS Monaco, le Stade Rennais n’a ainsi dû son salut qu’à une erreur de relance dimanche soir, à la suite d’un corner moyennement négocié auparavant par les Bretons. Rien de bien rassurant pour des prétendants à l’Europe.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *