RC Strasbourg – Itw : De Almeida, « Un nouveau projet commence »

Après avoir galéré durant de longues années au coeur du football amateur, le RC Strabourg retrouvera (enfin) le monde professionnel la saison prochaine. A cette occasion, Tribune Sports est allé à la rencontre du ‘Kop Ciel et Blanc‘, un des groupes de supporteurs du club alsacien. Président de l’association, Daniel De Almeida a accepté de répondre à nos questions. Le départ de Jacky Duguépéroux, l’arrivée de Thierry Laurey, l’EURO 2016… aucun sujet n’a été esquivé.

 

 

Félicitations tout d’abord pour le titre. Comment avez-vous vécu ce match particulier à Belfort, synonyme de montée pour le club ?

Particulier… c’est le cas de le dire ! Surtout qu’on restait sur une victoire et deux déceptions à domicile. On aurait préféré fêter ça à domicile mais c’est aussi beau de voir que du monde est venu à Belfort puisqu’on était environ 3.000. C’est la preuve d’une vraie réussite. Après, c’est toujours une fierté de monter, surtout quand il y a le titre en plus ! On peut maintenant dire que Strasbourg est le seul club de France à avoir remporté les deux coupes nationales et le titre dans les cinq premières divisions. C’est une petite fierté.

 

Quand on regarde les résultats des derniers matchs, y a-t-il eu de la crainte de ne pas monter en Ligue 2 sur cette fin de saison ?

De la crainte, il y en a toujours un petit peu. On savait qu’on serait en Ligue 2 mais on ne savait pas quand exactement. Cela aurait pu être fait plus tôt aussi. Quand on sait que le club a souvent eu du mal à conclure ses fins de saison, on peut dire qu’il y avait un peu de crainte.

 

Le départ de Jacky Duguépéroux a été officialisé en début de semaine par le RC Strabourg. Quel est votre ressenti par rapport à cette décision ?

Il y a beaucoup de tristesse parce que j’aime beaucoup cet entraineur et l’homme aussi. C’est quelqu’un qui a de la poigne mais qui aime aussi le club. C’est quelqu’un de très attaché au club, comme à la ville. Il a toujours réussi à chaque fois qu’il est venu ici. Il est venu trois fois, cela a toujours bien marché. On retiendra aussi qu’il s’en va sur une note positive, en ayant réussi ramené le club en Ligue 2. C’est plutôt bien comme fin.

 

 

« Faisons confiance en Thierry Laurey »

 

 

Toujours en rapport avec le départ de Jacky Duguépéroux, les supporteurs ont-ils prévu quelque chose de spécial pour lui rendre hommage à l’occasion du dernier match face à Dunkerque ?

Normalement, il y a quelque chose de prévu. C’est en tout cas ce que j’ai entendu dire à travers les échos que j’ai eu depuis le début de la semaine. Le stade devrait d’ailleurs être à guichets fermés pour ce dernier match.

 

Thierry Laurey a été nommé mardi. Pensez-vous que ce choix, dans le profil, soit le bon pour le RC Strasbourg ?

C’est maintenant un nouveau projet qui commence, avec de la continuité par rapport au précédent mais dans un nouvel univers. Pour réussir quelque chose d’intéressant en Ligue 2, il ne faut pas seulement des résultats. Il faut aussi du jeu. Je n’ai pas eu beaucoup de retours sur Thierry Laurey mais le peu que j’en ai eu semble rassurant. C’est quelqu’un de tourné vers l’offensive, qui a en tout cas cette volonté d’attaquer. Faisons-lui confiance.

 

Pour rester sur la saison prochaine, avez-vous rencontré le club pour avoir des garanties par rapport aux abonnements, notamment sur les tarifs ?

Il y a eu une première réunion hier (mardi). On a eu les premiers prémices. Les tarifs ne sont pas complètement fixés mais ils devraient rester raisonnables. On sait déjà que le KOP ne sera plus en quart de virage puisqu’on va déménager derrière le but de la Tribune Ouest. On a un public de plus en plus important. Ce changement de tribune va nous permettre d’avoir un nouveau souffle puisque notre nombre d’abonnés devrait pratiquement tripler. Cela permettra aux gens de venir plus nombreux.

 

 

« Les gens n’ont pas cru en nous »

 

 

Un dernier mot avant de se quitter. L’EURO 2016 débute dans dix jours. Est-ce un regret de voir que la région Alsace-Lorraine n’accueillera pas la moindre rencontre ?

En tant que supporteurs, on a déjà ce regret-là. Mais ce qui est aussi dommage, c’est que la ville – et à plus forte raison la région – n’ait pas suffisamment appuyé derrière le projet. C’était une occasion unique de remettre les installations à jour mais également de rénover La Meinau, qui est un peu vieillissante. Quand la décision a été prise, il y avait entre 10.000 et 15.000 personnes qui venaient voir le club en CFA. On pouvait très bien fermer des tribunes à ce moment-là, le temps des rénovations.

 

Le fait que le RC Strasbourg soit au plus mal à ce moment-là a-t-il influencé cette décision selon vous ?

Les gens qui étaient au-dessus ne pensaient pas que le club serait de retour en 2016, au moment où la compétition aurait lieu. Ils n’ont pas cru en nous… Ils nous l’ont d’ailleurs fait comprendre. C’est dommage… C’est dommage parce que cette région est une vraie terre de football. On voit qu’il y a de plus en plus de passionnés ici. Franchement, on passe à côté de quelque chose comme en 1998… On espère que ce ne sera pas le cas la prochaine fois encore, mais on sait surtout que, la prochaine fois, ce ne sera pas demain.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *