Mercato : Vincent Thill, comment le FC Metz a grillé le Bayern ?

La nouvelle est loin d’être passée inaperçue ces derniers jours. Pisté par le Bayern Munich depuis de longs mois, Vincent Thill (16 ans) et sa famille ont finalement opté pour le FC Metz, le club formateur du jeune prodige. Les raisons de ce choix ont en partie été dévoilées en cette fin de semaine.

 

Une offre à 6 millions d’euros du Bayern…

 

A l’instar des Paul Pogba (Manchester United), Gaël Kakuta (Chelsea FC), Anthony Le Tallec (Liverpool FC) ou encore Jérémie Aliadière (Arsenal FC) par le passé, Vincent Thill aurait pu répondre positivement à l’offre d’un très grand club européen avant même sa majorité. Ardemment courtisé par le Bayern Munich, ce dernier a toutefois préféré poursuivre le reste de son apprentissage du côté du FC Metz.

L’offre des Bavarois était pourtant alléchante sur le papier. Au-delà de l’aspect financier, puisque les Allemands proposaient 6 millions d’euros plus divers bonus aux Lorrains pour s’attacher les services du joueur, c’est également d’un point de vue footballistique que le jeune attaquant aurait pu faire la bascule. Après de multiples rencontres, dont une datant du weekend dernier, le Bayern Munich – par la présence de Karl-Heinz Rummenigge en personne – proposait ainsi à l’intéressé de terminer ses trois années d’apprentissage avec le club lorrain, avant de rallier la Bavière, moyennement avec sa famille la somme de 250.000 euros par année passée en Moselle afin d’arracher un accord dés aujourd’hui… mais également un refus de passer professionnel en Lorraine.

 

Une stratégie payante pour le FC Metz

 

En dépit de ce ‘pacte’ entre le clan du joueur et le géant allemand, le FC Metz a réussi à inverser la tendance ces derniers jours. Refusant, car ne pouvant, s’aligner sur l’offre munichoise, les Grenats ont tout bonnement délaissé l’aspect purement financier avec le joueur pour se concentrer sur son entourage. Serge Thill, le père du jeune prodige en herbe, s’est ainsi vu confié un poste de scout (observateur – dénicheur de talents, Ndlr) par ces derniers… en plus d’une prime de 30.000 euros à la signature. Une proposition dérisoire en comparaison à l »offre du Bayern Munich mais qui a également eu le mérite d’arroser tout le monde dans cette affaire.

Une pratique que bon nombre de clubs font afin de conserver leur (très) jeune pépite ou pour les attirer au sein de leurs rangs. Le FC Barcelone s’en était d’ailleurs fait un spécialiste en la matière avant de se voir condamné par la FIFA en 2014. Cette stratégie s’est néanmoins avérée payante pour le FC Metz, qui a obtenu la signature de Vincent Thill sur la base d’un contrat professionnel de trois ans plus deux années en option.

 

Avec le Républicain-Lorrain

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *