OM : Les Marseillais réclament la tête de De Ceglie

Malgré la qualification de l’Olympique de Marseille face au Trélissac FC jeudi soir du côté de Chaban-Delmas (2-0), tout n’a pas été rose pour les hommes de Michel Gonzalez. A tel point que Le Phocéen réclame ce vendredi matin la tête de Paolo De Ceglie, qui a un peu plus toucher le fond en Coupe de France. Un retentissant exploit à la vue du niveau qui est le sien depuis le niveau de la saison sous les couleurs olympiennes.

Paolo De Ceglie sur les traces de Stefano Torrisi ?

« Sur la pelouse de Bordeaux, Paolo De Ceglie a démarré son quatrième match avec l’OM. Il en est à onze apparitions avec le maillot blanc en compétitions officielles. C’est peu pour un élément prêté par le vice-champion d’Europe, en quête de temps de jeu. Mais c’est déjà énorme pour tout ceux qui regardent ses matchs, à savoir les supporters phocéens (…) S’en prendre en plus à un joueur olympien au lendemain d’une victoire peut même être interprêté comme de l’acharnement. Mais c’est justement par respect pour cette institution qu’est l’Olympique de Marseille qu’il faut taper du poing sur la table avant qu’il ne soit trop tard et qu’une catastrophe survienne contre Granville par exemple.

On avait l’impression d’assister à un match d’un môme du centre à peine majeur lancé trop tôt face à des vieux briscards de Ligue 1. Mais non, c’était un élément qui en était à sa neuvième année dans l’élite, opposé à des joueurs amateurs du quatrième échelon français. Se faire chambrer là-dessus par la France entière, ça va un moment. Vu la situation actuelle du club, il n’y a de toute façon plus de temps à perdre, même dans un match « moins important » ou « plus abordable ». S’il faut faire reposer un titulaire, que Benjamin Mendy est toujours indisponible, autant tenter Stéphane Sparagna à gauche. Vraiment.

Ce n’est pas de la « préférence régionale » bête et méchante de supporter de base. Steven Fletcher n’est sûrement pas attaché plus que ça à Marseille, lui non plus (…) Mais à Bordeaux, l’Ecossais a montré qu’il avait le niveau pour l’OM. Tout d’un coup, on ne sait pas ce que devient Antoine Rabillard mais cela importe peu (…) Catastrophique pour ses débuts à l’OM en 2002 avec deux csc pour son premier match, Stefano Torrisi a lui-même mis fin à l’aventure phocéenne une poignée de rencontres plus tard (…) Si De Ceglie veut un minimum de respect, il sait ce qu’il lui reste à faire. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *