Pro D2 : Aurillac se sublime à Jean-Alric et file en finale !

Tombeur de Mont-de-Marsan ce samedi après-midi, Aurillac s’est brillamment qualifié pour la finale de Pro D2 (28-13). Les Aurillacois affronteront le week-end prochain le vainqueur de la deuxième demi-finale entre Bayonne et Colomiers.

 

Jean-Alric définitivement citadelle imprenable… Dans une chaude ambiance, les acteurs de cette rencontre ont livré une première période complètement folle, avec quatre essais au total ! C’est d’abord le troisième ligne des locaux Latuka Maituku qui venait inscrire le premier essai de la partie suite à un groupé pénétrant (7-0, 20e), alors que le buteur Maxime Petitjean venait de rater deux pénalités consécutives… Assez rare pour être souligné quand on connaît la précision habituelle du numéro dix aurillacois.

Mais les Montois n’avaient pas vraiment le temps de douter. Suite à un turnover, c’est l’intenable ailier fidjien Salawa qui s’en allait aplatir en coin (7-5, 25e), empêchant ainsi Jean Alric de trop vite s’embraser. Et, fidèles à leurs habitudes, les Landais n’hésitaient pas à envoyer du jeu et parvenaient à mettre la défense cantalienne en difficulté. Trois minutes plus tard, le centre Save Tokula donnait même l’avantage à son équipe (7-10, 28e) ! Mais malheureusement pour les visiteurs, le demi d’ouverture et buteur Matthew James, après avoir déjà raté un tir au but, échoué lors de ses deux tentatives de transformation… Des points précieux laissés en route.

Dans une rencontre où les deux équipes se répondaient coup sur coup, les rouge et bleu faisaient à leur tour apprécier leur jeu de mouvement. Jack McPhee venait conclure pour remettre les siens devant au tableau d’affichage (32e, 14-10). En coin, Maxime Petitjean passait la transformation, avant de donner un peu plus d’air à son équipe avec une nouvelle pénalité et un drop juste avant la mi-temps, pour un score de 20-10 à la pause.

 

Pélissié pour la délivrance

La deuxième mi-temps était en revanche beaucoup moins riche en termes de points marqués. Après un nouvel échec, son quatrième de l’après-midi tout de même, James laissait le but à Laousse Azpiazu, qui permettait lui à son équipe de recoller à 7 unités (20-13). Mais les hommes de David Auradou n’arrivaient plus à prendre en défaut les Cantaliens, qui, au fil des minutes, se rapprochaient d’Ernest-Wallon. À la 53e, Petitjean venait mettre les siens à l’abri d’un essai transformé, avant que la délivrance ne vienne d’Adrien Pélissié, qui parvenait au ras et dans un petit trous de souris à propulser définitivement les siens en finale d’accession (28-13, score final).

Sans vraiment démériter, les Montois auront, comme tous les autres cette saison, subi la loi de Jean Alric. Finalistes la saison dernière, ils s’arrêtent cette année en demie… En revanche, le rêve continue pour les hommes de Jeremy Davidson. Reste maintenant à savoir qui de Bayonne ou Colomiers aura le privilège d’affronter le Stade Aurillacois dans une semaine du côté de Toulouse.

 

Crédit photo : Fanny Haas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *