Pro D2 – Biarritz : Le club doit trouver 2,8 millions d’euros, le maire appelle Benoît Raynaud à « quitter la scène » !

Relégué provisoirement en Fédérale 1 vendredi dernier par la DNACG, le Biarritz Olympique a logiquement décidé de faire appel. Et les dirigeants biarrots ne vont pas devoir chômer, eux qui doivent trouver pas moins de 2,8 millions d’euros selon les informations de Sud Ouest. Un montant astronomique. Le tout est maintenant de savoir quelles sont les solutions envisageables pour dégager une somme pareille ?

Comme le renseigne le quotidien régional, une augmentation de capital de 1 380 000 euros est en cours jusqu’au 31 juillet. « D’un autre côté, on a une dizaine de nouveaux partenaires prêts à s’engager pour environ un million d’euros », promet le président Benoît Raynaud, qui annonce également qu’une campagne de crowfunding va voir le jour.

Brusque a refusé la coprésidence

Reste que le BOPB est encore et toujours miné par certaines tensions en haut lieu entre les anciens dirigeants, les nouveaux et les investisseurs français d’Hongkong.  « En froid avec la direction actuelle » selon Sud Ouest, ces derniers ne devraient d’ailleurs pas participer à l’effort collectif… Les relations semblent également au point mort avec Nicolas Brusque, ce dernier ayant refusé la coprésidence proposée par Raynaud.

Plus que jamais, l’étau se resserre autour de Benoît Raynaud, appelé – tout comme l’équipe en place – selon Sud Ouest par le maire de Biarritz Michel Veunac à « quitter dignement la scène pour se ranger aux côtés des historiques (Brusque, Blanco) ». Ambiance…

Quoi qu’il en soit, les Basques vont vite devoir s’unir et trouver une solution, sous peine de voir un des clubs historiques du rugby français descendre en Fédérale, alors même qu’il a fini à la sixième place du championnat de Pro D2 cette saison.

 

 

Crédit photo : Jean-Daniel Chopin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *