Pro D2 – EXCLU Julien Laïrle (Soyaux-Angoulême) : « On est conscients de la montagne qui nous attend »

Promu en Pro D2 il y a quelques semaines à peine, le club de Soyaux-Angoulême a repris le chemin de l’entraînement dès le 13 juin dernier pour préparer au mieux la prochaine saison, qui s’annonce musclée pour le SA XV Charente. La reprise, les recrues, la saison à venir… L’entraîneur de cette équipe Julien Laïrle a accepté de répondre à toutes nos questions.

 

Julien, vous avez été l’un des premiers clubs à reprendre l’entraînement…

Julien Laïrle : On a également fini assez tôt (mi-mai NDLR) donc c’est logique de reprendre plus tôt que les autres. Et puis on voulait également laisser une semaine de repos en juillet et une semaine en août à nos joueurs pour pouvoir couper un peu. On préfère mettre en place des blocs de travail plus courts.

 

Quel a été jusqu’ici le programme ?

J.L. : Surtout du physique. On n’a repris qu’avec les « anciens » vu que les nouveaux joueurs ne sont pas encore arrivés. On avait laissé quatre semaines de vacances aux joueurs sans programme spécifique donc forcément la priorité est donnée à la réathlétisation des corps dans un premier temps.

 

Vous avez effectué un recrutement assez solide (Bolakoro, Briscadieu, Poet…)

J.L. : On a fait un choix qualitatif plutôt que quantitatif. On voulait vraiment apporter de l’expérience à ce groupe. Il ne faut pas oublier que 80% de l’effectif était déjà là en Fédérale 2. On avait besoin de recruter des éléments qui ont une certaine expérience du niveau de ce championnat de Pro D2.

 

Attendez-vous que les recrues tirent l’équipe vers le haut ?

J.L. : Complètement. L’objectif est que les recrues plus expérimentées tirent les joueurs plus anciens vers le haut. On veut vraiment un groupe homogène.

 

Les joueurs sont-ils déjà impatients de commencer le championnat ou est-ce encore trop tôt ?

J.L. : C’est un petit peu loin quand même. À l’heure actuelle, on est surtout concentrés sur le développement individuel du joueur et on essaye de garder pas mal de distances. Les joueurs sont surtout impatients de disputer le match amical face à Pau (le 28 juillet NDLR).

 

Généralement, la saison est compliquée pour les équipes qui arrivent de Fédérale 1…

J.L. : On sait que ça sera difficile pour nous. Il faudra être prêts le plus vite possible. On mise beaucoup sur notre préparation physique en ce moment, le rugby viendra après. À l’heure actuelle, si on nous pose la question, on sait qu’on est outsiders.

 

Sans trahir de secrets, quel type de jeu voulez-vous mettre en place ?

J.L. : La force d’une équipe, c’est de s’adapter, aux conditions climatiques, à l’adversaire… On a des joueurs qui ont peut-être moins de densité que certaines équipes comme Perpignan. On a une philosophie de jeu mais on veut surtout mettre en place une stratégie adaptative qui nous permettra de gagner.

 

Quelles pourraient être vos forces pour vous sauver ? Votre état d’esprit ?

J.L. : L’état d’esprit sera primordial. Cela fait quelques années qu’on a la chance de connaître beaucoup de victoires. La question qu’on peut se poser est alors de savoir quelle sera notre réaction face à la défaite. Il nous faudra être capables de se resserrer, de s’entraider. On est conscients de la montagne qui nous attend.

 

Pour espérer, il faudra également être impeccable à domicile…

J.L. : Si on fait un bilan des années précédentes, il faut 12/13 victoires pour se maintenir. En sachant qu’il y a 15 matchs à la maison dans la saison, on n’aura pas trop le droit à l’erreur. On aura besoin de l’engouement du public, il faudra être fier de porter ce maillot. Des gens vont venir nous encourager et il faudra faire en sorte de leur donner du bonheur. Les supporters nous donnent ce petit plus et nous portent.

 

 

Crédit photo : Charente Libre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *