Pro D2 – J7 : Perpignan, Bourgoin, Aurillac… les trois questions qui fâchent

Des fortunes diverses ce week-end sur les pelouses de Pro D2 ! Aurillac qui gagne sans vraiment convaincre, Bourgoin qui chute encore et qui se retrouve relégable, ou encore des Catalans en regain de forme mais qui doivent maintenant confirmer. Tel est le menu des « questions qui fâchent » !

 

Les Catalans ont-ils enfin lancé leur saison ?

C’est donc ça, l’effet Arlettaz ? S’il est encore bien trop tôt pour le dire et pour tirer des conclusions, les statistiques parlent d’elles-mêmes à l’heure actuelle. Car depuis les changements opérés dans le staff, Perpignan a remporté ses deux dernières rencontres de championnat, face à des formations « solides » de Pro D2 : Oyonnax tout d’abord à Aimé-Giral (23-18) et Béziers lors du derby dimanche dernier (24-13).

Mais si ces deux victoires ont permis à Perpignan de sortir de la zone rouge, elles demandent surtout à être confirmées dans les prochaines semaines. Car l’équilibre est encore fragile et tout peut basculer, d’un côté comme de l’autre. « Un autre championnat commence, mais faut garder les pieds sur terre, expliquait d’ailleurs Christian Lanta à l’issue de la partie face à l’ASBH. On va gagner de la confiance mais on n’a que cinq jours pour préparer Bourgoin (vendredi 21 octobre à Aimé-Giral). Il faut rester modeste et garder l’humilité qui a été la nôtre depuis le début, même dans les mauvais moments. » Un état d’esprit d’autant plus important quand on voit le calendrier qui attend les Perpignanais : après la réception de Bourgoin, ils se déplaceront en Charente pour affronter le séduisant promu Soyaux-Angoulême, avant de recevoir Colomiers et de se rendre à Agen. Un menu pour le moins copieux, qui pourrait vite faire redescendre les sang et or en cas de mauvais résultats…

 

Bourgoin, la chute vertigineuse ?

Après la large défaite subie à Montauban (7-51) lors de la 6e journée, les Berjalliens n’avaient qu’une envie vendredi dernier à l’occasion de la réception du SUA. « On a à cœur de se racheter et de montrer le vrai visage du CSBJ. On est capables de faire de bonnes performances », nous confiait le demi de mêlée Florent Campeggia avant cette rencontre. Et pourtant, malgré toute cette bonne volonté, Bourgoin n’a rien pu faire face aux Agenais (14-21), chutant à l’avant-dernière place du classement. Loin d’être idéal, surtout à l’heure de se déplacer à Aimé-Giral…

Alors faut-il (déjà) s’inquiéter pour les Isérois ? Pas forcément… Car ces derniers se sont déjà sortis de pareilles situations. Ainsi, la saison dernière, les ciel et grenat étaient déjà en fin de classement au bout de huit journées de disputées, avec 2 petites victoires pour 6 défaites. Un début poussif qui ne les avait pas empêchés de finir à une belle neuvième place en fin de saison…

 

Un Stade Aurillacois préoccupant ?

Deuxième du championnat (à égalité de points avec le leader, Agen), six points d’avance sur le 6e du classement… Sur le plan comptable, tout va plutôt bien pour Aurillac en ce début de saison.

Et pourtant, tout n’a pas été parfait (loin de là) ces dernières semaines pour les Cantaliens. Après le revers subi à Armandie face au SUA (20-47, six essais encaissés), ces derniers ont eu ensuite beaucoup, beaucoup de mal à arracher la victoire face à Colomiers dimanche dernier, ne prenant l’avantage qu’à dix minutes du terme (19-13). Une difficulté d’autant plus étonnante quand on sait que les hommes de Jeremy Davidson évoluaient dans leur antre de Jean-Alric, face à des Columérins venus avec une équipe largement remaniée.

Vous l’aurez compris, si le résultat est au rendez-vous, la manière laisse elle cruellement à désirer… De quoi faire logiquement réfléchir les rouge et bleu au moment de se déplacer à Carcassonne. « Nous devons bien travailler cette semaine et nous remettre en question avant le déplacement délicat à Carcassonne », explique Maxime Petitjean sur le site du club. Des Audois qui ont déjà fait chuter Béziers et Perpignan à Albert Domec cette saison. Les Aurillacois sont prévenus, et il leur est plutôt déconseillé de faire une telle première mi-temps vendredi prochain…

 

 

Crédit photo : Fanny Haas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *