TFC : Dupraz, « Permettez-moi de tenter ce pari fou »

Tout fraîchement débarqué au Toulouse Football Club, Pascal Dupraz était présent face à la presse ce mercredi après-midi à l’occasion de sa première conférence en tant que nouveau coach du TFC. Voici les principaux points à retenir.

 

La raison de son arrivée au Toulouse FC

« Le TFC est un club de référence, une institution avec des valeurs… On ne passe pas 13 saisons en Ligue 1 sans raison. J’ai envie de m’inscrire dans le projet de ce club. Pourtant à une époque, quand j’étais entraineur d’Evian-TG, il m’est arrivé de souhaiter que le TFC descende en Ligue 2 pour que nous puissions nous sauver ! J’ai étudié le TFC. Il y a eu des concours de circonstances défavorables cette saison. Il faut lutter contre le fatalisme. »

 

La reconquête du public

« Quand il y a désamour, c’est qu’il y a eu amour. C’est qu’il a eu de la passion. S’il y a eu de la passion, il reste forcément des cendres et donc des braises. A nous de reconquérir le cœur de nos supporters et des amoureux du TFC en rallumant ces braises. On dit « jouer au football ». Le football, c’est la joie. Venez au Stadium chanter ! »

 

Un maintien encore possible

« Pour tout vous dire, lorsque j’ai rencontré M. (Olivier) Sadran, nous n’avons jamais parlé de Ligue 2. Se sauver avec 22 points après 28e journées de Ligue 1, cela n’a jamais été fait. Mais comme toutes les séries, cela a une fin et il viendra un jour où un club, avec 22 points après 28 journées, parviendra à se sauver en Ligue 1. Tant qu’on ne m’aura pas donner la preuve mathématique que le Toulouse Football Club est en Ligue 2, je continuerais d’y croire.

Sans vouloir faire offense à qui que ce soit, l’effectif du TFC est certainement le meilleur que j’ai eu à ma disposition. Le club n’est pas à sa place. On n’a pas besoin de gagner les dix prochains matchs. Il suffit de gagner quatre matchs de plus que le 17e. Et que je saches, le 17e peut perdre les dix prochains matchs. Laissez-moi imaginer tous les scenarii.

Quand je vois notre duo d’attaquants, je me dis qu’il y a quelque chose à faire. Un nouveau système de jeu ? J’arrive avec certaines idées, celles qui ont fait que nous nous sommes sauver deux saisons de suite à Evian, mais je ne vais pas tout remettre en cause. Parce qu’il y avait quand même des choses qui marchaient bien avant que j’arrive, mais aussi parce que la troisième saison, nous sommes descendu avec Evian. Mais quand on voit qu’on a la 19e défense de Ligue 1 et la 18e attaque, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. On va commencer par retrouver de la solidité défensive. »

 

La défense à tout prix ?

« Le beau jeu, c’est de la communication ! Bien entendu j’aimerais remporter chaque match 5-0… mais mon homologue d’en face aussi aimerait. Cinq partout, c’est un score qui plairait surement aux spectateurs mais cela ne me plairait pas parce que j’aurais l’impression que nous avons manqué de maitrise. Pourtant, on a besoin de maitrise et d’une base solide pour gagner des matchs. J’ai envie de gagner et, si possible, gagner sans prendre de but. »

 

Un ‘onze type’ déjà défini ?

Sur quels joueurs je compte m’appuyer ? J’ai confiance en mon effectif, en mes 31 joueurs, en mon groupe et en mon staff. Même si je ne cocherai que onze joueurs pour chaque match, je ne veux pas entendre parler de mise à l’écart. Une discussion avec le capitaine ? Encore faudrait-il que je le définisse ! Je n’ai pas encore rencontré l’ensemble de mon groupe. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *