Top 14 – ASM : Aurélien Rougerie, « J’ai l’impression que plus tu joues, moins tu gagnes »

Si l’entraîneur Franck Azéma et le président Eric De Cromières ont monopolisé l’attention et l’espace médiatique depuis la demi-finale perdue face au Racing 92 il y a maintenant plus de trois semaines, aucun joueur clermontois ne s’était encore exprimé « à froid » à propos cette douloureuse défaite.

Dans une interview accordée à La Montagne, Aurélien Rougerie est donc sorti du silence. Et malgré une nouvelle année sans le moindre titre remporté, l’un des cadres de l’ASM retient du positif et des motifs de satisfaction de la saison écoulée. « Même si on aurait tous aimé une fin heureuse, cette saison a été pleine et riche d’enseignements. Il y a eu de la difficulté, des rebondissements, des accomplissements, des progressions, note-t-il. J’ai vu notamment un Fofana arriver en pleine forme en fin de saison… Voilà, on avait des vraies certitudes, des choses à montrer. »

Malheureusement, tout ceci n’effacera bien évidemment pas la cruelle élimination subie face aux Racingmen, alors que les Clermontois – séduisants leaders de la saison régulière – semblaient une nouvelle fois avoir les armes pour décrocher le deuxième bouclier de Brennus de leur histoire. « On avait un rugby à jouer, même si dans ce Top 14 j’ai l’impression que plus tu joues, moins tu gagnes, regrette le centre international aux 76 sélections. On a su réduire un peu la voilure et je dirais que l’on a plutôt bien maîtrisé ce qui était maîtrisable. Ce qui ne l’était pas… il faut l’accepter même si c’est dur à digérer. »

« On ne va pas jouer sans arbitre »

Forcément interrogé au sujet de l’arbitrage de la demi-finale, cible de nombreuses critiques, Aurélien Rougerie avoue comprendre la colère de ses dirigeants. « Je la comprends et je la partage. J’ai la même en moi mais ce n’est peut-être pas mon rôle de l’exprimer publiquement », nuance-t-il. En effet, le trois-quart se montre beaucoup moins véhément et parvient à relativiser. « Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? C’est un paramètre du sport, on ne va pas jouer sans arbitre. Bien sûr que c’est rageant de perdre sur des décisions très contestables. »

Et alors que la prochaine saison sera sa dernière en tant que joueur – avant de se voir confier une mission autour du recrutement et de la détection – Rougerie, qui ressent d’abord le besoin de souffler après 20 rencontres disputées en Top 14 cette année, n’a pas l’impression « d’être à la remorque ». « J’ai un grand besoin de couper. On l’a dit, la saison a été longue et éprouvante. Ça ne me déplaît pas de beaucoup jouer, c’est bon signe et cela veut dire que physiquement, j’ai été épargné. Mais ça use aussi. Je vais essayer de compter encore pour un, d’avoir ma place dans cet effectif. Je n’ai pas l’impression en tout cas d’être à la remorque. » S’il est encore (beaucoup) trop tôt pour en parler, celui qui était capitaine lors de l’unique championnat de France décroché par les Auvergnats rêverait à n’en pas douter de connaître pareil scénario pour sa sortie.

 

 

 

Crédit photo : Maxppp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *