Top 14 – Bilan : Stade toulousain, une transition aux deux visages

Après Montpellier et La Rochelle – et alors que le Top 14 vient de s’achever sur le titre du Racing 92 – Tribune Sports continue ses bilans des différentes formations. En ce lundi, place au Stade toulousain, qui a terminé à la cinquième place du championnat pour la première saison d’Ugo Mola à sa tête.

Des débuts prometteurs

7. Lors de leurs dix premiers matchs de la saison 2015-2016, les Toulousains en ont remporté sept, dont un sur la pelouse du MHR. Autant dire que les premiers pas d’Ugo Mola ont été pour le moins satisfaisants en termes de résultats. Au soir de la 11e journée, les rouge et noir étaient même leaders du Top 14, avec par exemple trois points d’avance sur le Racing et cinq sur Toulon.

C’est un peu plus tard dans la saison que les choses se sont compliquées pour le Stade toulousain : trois défaites en quatre rencontres toutes compétitions confondues au mois de janvier (Paris en championnat, Oyonnax et Saracens en Champions Cup), deux revers d’affilée lors du mois de février (La Rochelle, Montpellier)… Forcément, cela ne pardonne pas.

 

Le Tournoi a fait du mal…

Les rouge et noir ont également été lourdement pénalisés par le Tournoi des 6 Nations, qui a évidemment correspondu avec une série de matchs sans victoire (5 rencontres, à cheval sur les mois de févriers-mars). « Sur notre saison, on est premiers sur la phase régulière avant le Tournoi, on est sixièmes à la fin (du Tournoi NDLR) », expliquait il y a quelques semaines Ugo Mola sur les ondes de Sud Radio. Pour autant, le technicien stadiste n’a pas hésité à faire son auto-critique. « La grande leçon est qu’il faut que j’apprenne, moi, et l’ensemble du staff, à mieux gérer les doublons. C’est sur ce point que Guy Novès manque terriblement au Stade toulousain. »

Une fois ses forces vives récupérées, Toulouse a fini la saison en boulet de canon avec six succès à la suite (Racing, Toulon, Agen, Oyonnax, Clermont, Grenoble). Insuffisant néanmoins pour décrocher ce fameux barrage à domicile. La suite, vous la connaissez… En déplacement à Colombes, les coéquipiers de Thierry Dusautoir se sont inclinés face au Racing 92 (16-21), futur champion de France.

 

En chiffres…

Paradoxalement, et même s’il n’aura pas participé aux demi-finales cette année, le club a fait mieux sur certains aspects pour la première saison de Mola à sa tête, avec 79 points décrochés au total, contre 70 la saison dernière. « Si on regarde les chiffres de manière objective, on finit première défense du championnat et deuxième attaque aux essais« , positive d’ailleurs le technicien toulousain.

Le meilleur marqueur d’essais toulousain se nomme Gaël Fickou, avec 10 réalisations – soit cinq de moins que le premier, qui n’est autre que l’ailier du MHR Timoci Nagusa.

 

Et maintenant…

Toulouse va devoir se trouver de nouveaux héros… Avec les départs de Vincent Clerc, Clément Poitrenaud, Louis Picamoles ou encore Imanol Harinordoquy notamment, c’est une page de l’histoire du Stade toulousain qui va se tourner. « Il y a un changement lié à notre concurrence et à l’aspect des règles économiques qui détermine un peu un changement de cap, a reconnu Ugo Mola, toujours sur les ondes de Sud Radio. À savoir, cette capacité à ne plus faire et terminer sa carrière au Stade toulousain comme par le passé, mais peut être à être un peu plus sur un climat compétitif et de performance. »

Pour les « remplacer », Toulouse s’est tourné vers des éléments tels que Richie Gray, Piula Faasalele, Sofiane Guitoune et Leonardo Ghiraldini pour ne citer qu’eux . Des renforts suffisants pour participer à nouveau à la finale du Top 14, quatre ans après le dernier titre stadiste ? Les supporters toulousains n’ont plus qu’à espérer.

 

 

Crédit photo : Icon Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *