Top 14 / Demi-finales : Clermont n’a pas le droit de se louper…

Impériaux durant la deuxième partie de la saison et ayant terminé à la première place, les Clermontois attaquent les phases finales avec un léger avantage. À eux de ne pas se louper ce vendredi soir du côté de Rennes, pour continuer à rêver du bouclier de Brennus.

 

« Seulement » quatrième du championnat au soir de la 14e journée et d’une défaite sur ses terres face à Montpellier (15-19), l’ASM a ensuite su parfaitement se relancer pour enchaîner huit victoires consécutives, au coeur de l’hiver, au moment où les Toulousains et les Parisiens ne cessaient de se plaindre à propos des doublons. Des succès décrochés qui plus est face aux grosses écuries de notre championnat : à Castres, à Bordeaux, à Toulon, face à Toulouse… Résultat, les Jaunards ont fini à la première place du Top 14, avec six points d’avance sur Toulon, deuxième, et sept sur le Racing 92, son adversaire ce vendredi soir.

Souvent donnés favoris ces dernières saisons, les hommes de Franck Azéma ont, malheureusement pour eux, connu bien des désillusions. À eux désormais de faire honneur à leur rang… « On a connu une saison compliquée mais on finit premiers de la phase régulière. Mais là, tous les compteurs sont remis à zéro, et on va jouer ça sur un coup de dé. C’est le charme des phases finales« , prévient Aurélien Rougerie à Sports Auvergne. Car leur marge de manoeuvre sera (très) réduite ce vendredi soir. Dans un style totalement différent, les Racingmen ont en effet les moyens pour gêner les Clermontois, comme en témoignent leurs deux succès cette saison (20-16 au Michelin, 26-20 à Colombes). « Ces deux revers ne sont pas dus au hasard, expliquait d’ailleurs dans la semaine Alexandre Lapandry au site Sports Auvergne. On a revu la vidéo, on va s’appuyer sur ces rencontres-là, même si on sait très bien que cette demie sera un tout autre match. » Le troisième ligne a par ailleurs le plus grand respect pour la formation francilienne. « Ils sont costauds, ils ne font pas beaucoup de fautes. Ils ont aussi une grosse défense, une bonne conquête et ils s’appuient sur un gros buteur. C’est une belle équipe, mais on a de quoi rivaliser. A nous de faire le job. Après on sait que les matches de phases finales, c’est du 50-50. »

« La fraîcheur, on la sent »

Sauf que cette année, beaucoup de choses sont différentes à Clermont, à commencer par l’approche de ces phases finales. D’habitude repliés sur eux-mêmes, les coéquipiers du capitaine Damien Chouly sont plus ouverts et semblent plus détendus cette saison. « L’an dernier, à l’issue des deux finales, il y a eu beaucoup de critiques. Pas tellement de la part des supporters, mais des médias, qui disaient que le club s’était fermé, a raconté le président Éric De Cromières à L’Équipe. J’en ai parlé avec Franck Azéma, qui est un garçon ouvert, et qui a été d’accord pour changer ça. Il y avait des habitudes, prises avec Vern (Cotter) et auxquelles Franck ne s’était pas encore attaqué, parce qu’il fallait qu’il prenne l’équipe en main, d’abord. C’est venu de manière naturelle, en nous disant qu’on avait un public qui nous apportait beaucoup et en se posant la question de savoir si on le lui rendait bien. » Une tactique payante ? La Yellow l’Army l’espère de tout coeur.

 

Pour finir, l’ASMCA aborde cette demi-finale avec de la fraîcheur – physique et mentale – ce qui n’était pas forcément le cas ces dernière années. Éliminés dès la phase de poules de la Champions Cup, les Auvergnats ont de l’énergie à revendre. « Cette année, nous avons disputé trois matches pour un week-end de repos, et ça nous a servi à travailler, à recharger les accus. Alors oui, la fraîcheur est là, on la sent, énonce l’entraîneur Franck Azéma. On peut la mesurer sur les GPS, mais aussi au feeling, en échangeant entre nous. Encore faut-il l’exprimer, cette fraîcheur, sur le terrain ! Si on perd, vendredi soir, contre le Racing, on pourra toujours dire qu’on manquait de rythme… » Avis mitigé chez le demi de mêlée Morgan Parra. « Quand tu joues, tu as toujours l’impression d’être bien. Et des fois, ce n’est qu’une impression… La fraîcheur mentale, on l’a. Après, on n’a pas joué la semaine dernière, on est un peu dans l’inconnu, raconte-t-il à Sport 24. Savoir si on était mieux physiquement, on ne le saura qu’à la fin du match. » Réponse ce vendredi soir aux alentours de 22h30…

One thought on “Top 14 / Demi-finales : Clermont n’a pas le droit de se louper…

  • 18 juin 2016 at 15 h 04 min
    Permalink

    bonjour franck azema en veut a juste titre au corps arbitrale apres cette demie finale perdue. j’espere qu’il a la meme amertume envers ses dirigants qui chaque annee reproduisent les memes erreurs en terme de recrutement.comment peut on a chaque debut de saison pretendre jouer les deux competitions top 14 et hcup avec un seul 9 digne de jouer a ce niveau, laisser partir james sans lui trouver un remplacant de classe mondiale comment peut on se passer de vrais leeders a des postes clefs. les responsables de ce club prefere invertir dans des centres d’entrainement ultra modernes mais ou est la plus value? chaque annee meme resultat avec des échecs au moment de gagner un titre finalement au mois de decembre il aurait peut etre mieux valu que les défaites persistent que le club ne termine pas aux six premieres places pour faire sortir les dirigants de leur ronron habituel c’est sur a l’asm pas de bling bling!!!!

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *