Top 14 – Toulouse : Maxime Mermoz, vraiment une bonne recrue ? On est allé demander à un journaliste de BBC Sport !

Parti en Angleterre il y a un an et demi, Maxime Mermoz (31 ans) pourrait retrouver la saison prochaine le Top 14. Évoluant actuellement à Newcastle, le centre international est en effet annoncé du côté du Stade toulousain. Mais, alors, quel est aujourd’hui son niveau ? Peut-il apporter aux rouge et noir ? Nous sommes allés demander à Illtud Dafydd – journaliste pour BBC Sport Wales – de nous éclairer.

 

Maxime Mermoz est évoqué comme future recrue du Stade toulousain. Cela vous surprend-il ?
Illtud Dafydd : Ça me surprend un peu. Il est en Angleterre depuis presque deux ans où il a joué plus de 15 matchs pour Leicester et plus récemment pour Newcastle. Je suis assez choqué, surtout si on considère la saison de Newcastle sous la houlette du directeur du rugby Dean Richards. Newcastle a perdu en demi-finale de Premiership après avoir réalisé sa meilleure saison depuis 20 ans. Il y a une dynamique très positive, sur le terrain comme en dehors.


Quel est le niveau de jeu actuel de Maxime Mermoz ?

I.D. : C’est difficile à dire. Il n’a pas joué depuis la demi-finale de Challenge Cup contre Gloucester (le 20 avril NDLR). Richards a préféré le Fidjien Josh Matavesi, l’Argentin Juan Pablo Socino ou même l’Écossais Chris Harris. On dit en anglais « Form is temporary, class is permament » donc un joueur de haut-niveau international comme Mermoz n’est jamais trop loin d’être en forme.


Il n’a pas que très peu joué cette saison avec Newcastle, pourquoi ?

I.D. : Il a joué 11 des 36 matchs toutes compétitions confondues disputés par les Falcons. Il a manqué le début de la saison mais Richards a également préféré d’autres individus au centre en raison de leur profil. Mermoz n’a pas vraiment saisi ses opportunités en ne marquant aucun essai pendant l’année. Et il a également eu quelques problèmes médicaux.


Selon vous, peut-il encore apporter à une équipe du standing de Toulouse ?

I.D. : Oui bien sûr. Il a gagné la Coupe d’Europe trois fois dans la passé et Toulouse revient dans l’élite du rugby européen l’année prochaine. On voit très souvent que quand les joueurs français partent à l’étranger, ils reviennent en ayant progressé durant leur expérience.

« Un remplacement idéal »


Serait-ce alors selon vous une bonne recrue ?

I.D. : Oui je crois. Si on considère que Gaël Fickou et Yann David partent du stade Ernest Wallon, c’est presque un remplacement idéal. Florian Fritz a pris sa retraite aussi. En plus il ne fait plus partie de l’équipe nationale donc il sera disponible pendant toute la saison! Il a 31 ans et beaucoup d’expérience.


Les arrières de Toulouse sont très jeunes (à l’exception de Médard et Huget), pensez-vous Mermoz capable d’être un leader pour les trois-quarts toulousains ?

I.D. : Oui bien sûr. C’est un des joueurs les plus expérimentés si on considère qu’il a joué pour le XV de France, son palmarès avec plusieurs clubs et son âge. C’est à lui de décider s’il veut ramener le Stade Toulousain où il était sous l’ère de Guy Novès.


Quelle image a Mermoz en Angleterre ?

I.D. : Une image plutôt positive. Il a joué avec Sir Johnny Wilkinson au RCT, avec lequel il a gagné la Coupe d’Europe trois fois d’affilée. Pour sa période dans le championnat d’Angleterre c’est compliqué, mais en général, il n’a pas déçu malgré le nombre très petit de matchs joués.


Quelles sont selon vous les différences entre le rugby français et anglais ?

I.D. : Le jeu est assez similaire. Il y a des avants avec des gabarits énormes et des arrières qui ont des talents extraordinaires. Le Top 14 est un peu plus lent par rapport au Premiership tout de même.


Son transfert est-il évoqué dans la presse anglaise ?

I.D. : Pas du tout. Il n’y a rien dans la presse locale de Newcastle, ni chez les supporters des Falcons. Newcastle a signé le prometteur Johnny Williams des London Irish, qui évolue au centre aussi. Un futur à Kingston Park est possible mais j’imagine que Mermoz souhaite avoir plus de temps de jeu.

 

 

Crédit photo : Icon Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *