Top 14 : Fabrice Landreau, « Quand tu t’engages pour un club comme Toulon, le côté humain n’existe pas »

Comme l’ensemble du staff de l’année dernière – notamment Fabien Galthié – Fabrice Landreau ne sera resté qu’une seule petite saison au RCT. En attendant une nouvelle opportunité, l’ancien du FCG intervient et livre ses conseils auprès de La Tremblade (Charente-Maritime), club de première série.

 « Je n’ai pas été recruté » par Toulon

Dans les colonnes de Sud Ouest ce lundi, il revient sur l’épisode toulonnais. « J’ai été viré après le match de Lyon (Ndlr, en barrage de Top 14). Viré sans trop de solutions… Ce n’était pas planifié dans le sens où Mourad (Boudjellal, le président du RCT) avait signifié à Fabien que, quels que soient les résultats de la saison, il souhaitait amener de la stabilité au niveau de son staff, explique-t-il. En fait, il nous a limogés tout de suite après l’élimination en quarts de finale. »

Pourtant – et aussi étonnant que cela puisse paraître – Landreau ne semble garder aucune rancoeur. « Je l’ai vécu comme quelque chose de normal. Comme ce qui arrive à un salarié qui n’a pas atteint ses objectifs. » Il faut dire qu’il savait à quoi s’attendre en rejoignant le Toulon du volcanique Mourad Boudjellal. « Quand tu t’engages pour un club comme Toulon, le côté humain n’existe pas. Tu es condamné à la victoire. Pour ma part, je n’ai pas été recruté par le RCT, précise-t-il. C’est Fabien, avec qui j’avais entraîné au Stade Français, qui m’a fait venir. Et il avait été très clair avec nous : si nos résultats n’étaient pas à la hauteur des exigences de notre président, il fallait s’attendre à faire comme les autres qui étaient passés avant nous. »

 

 

Crédit photo : Icon Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *